Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Des fils aux filets

Des fils aux filets
Benjamin Trouillet a rejoint le club de volley des JSA en septembre dernier en tant que salarié. Son arrivée participe à la restructuration du club.

« Je suis arrivé en 2008 aux JSA comme joueur en équipe nationale, raconte Benjamin. J’ai joué pendant environ 8 ans, j’étais aussi bénévole au club ». Professionnellement, il était plutôt entouré de fils que de filets : « J’étais électricien.  Mais je voulais travailler dans l’univers du sport, alors j’ai entamé dans une reconversion professionnelle. J’ai passé le BPJEPS au CREPS. »

Aujourd’hui, il a atteint son objectif en rejoignant la section volley des JSA en tant qu’agent de développement. « Je m’occupe de la partie administrative du club et de la partie humaine ! J’entraîne aussi trois équipes et j’en coache quatre pendant leurs matches. Par ailleurs, je crée des évènements et des animations pour booster les équipes, explique-t-il. Pour les équipes de niveau régional,  le but est de créer de la cohésion dans leur club. J’organise alors des évènements pour lesquels ils peuvent s’investir comme des tournois. Pour les équipes en nationale, l’objectif est plutôt d’attirer le public à leurs matches. Alors je trouve des animations pour rendre les matches plus vivants. »

Benjamin est arrivé dans un club en pleine restructuration : « Le bureau vient de changer, nous avons un nouveau président, Vincent Auguin. Il y a une nouvelle dynamique qui se met en place et c’est motivant, se réjouit Benjamin. L’objectif de ce bureau est de trouver une nouvelle identité au club afin qu’il se démarque des autres. Nous souhaitons devenir leader dans le domaine de l’évènementiel et faire de ce club un lieu du bien-vivre ensemble ». Quant aux résultats, les deux équipes nationales sont en pleine course pour une montée en nationale 2. Les régionales sont en pleine reconstruction. « Elles s’accrochent, c’est prometteur pour la suite », assure Benjamin. Quant aux jeunes, l’arrivée de nouveaux entraîneurs booste ces équipes.

Côté ballons justement, Benjamin a du lever un peu le pied : « C’est sûr que c’est plus compliqué  mais je trouve encore le temps de jouer. J’ai toujours ma licence de joueur, je fais quelques remplacements ». Les fils électriques sont définitivement derrière lui !