Vide Greniers 2016

Les chineurs bordelais ne ratent jamais cette journée. C’est LA date qu’ils bloquent tous les ans sur leur agenda. Cette journée, c’est le vide-grenier des bordelais. Une journée où toute la ville devient le temple de la bonne affaire, le royaume de la brocante et ce, depuis 18 ans cette année. Une vingtaine d’associations organisent les vide-greniers de leur quartier. A St Augustin, ce sont les JSA qui orchestrent le ballet. Mais comment ça se passe précisément ? Réponse avec l’une des organisatrices, Violaine Navarro :

Le vide-grenier de Saint Augustin compte une centaine de stands qui entourent l’église et envahissent tout le reste de la place. Danielle Fortin et Violaine Navarro sont les principales organisatrices de cette intense mais joyeuse journée : « Dès que la mairie nous communique la date, on annonce l’événement à nos adhérents. Rapidement, les gens commencent à  s’inscrire pour réserver un stand. On a nos fidèles qui reviennent chaque année ! explique Violaine. Chacun  choisit son emplacement. Et environ 15 jours avant le vide-grenier, tout est réservé. On a toujours été complet ».  Vider son grenier, son garage et ses placards et tenter d’en vendre les contenus, c’est une bonne occasion d’arrondir ses fins de mois, qui plus-est, dans une ambiance conviviale. D’où le succès de ces journées.

Une fois tous les emplacements réservés, Violaine réalise le plan du vide-grenier en précisant le nom de chaque vendeur. Le vendredi qui précède le grand déballage, de petits papillons sont placés sur les voitures du quartier pour rappeler à leurs propriétaires de déplacer leur véhicule pour le jour J. Le fameux dimanche, Danielle, Violaine et leurs acolytes sont sur le pied de guerre dès 7h : « Avec l’aide de Patrick et un bénévole, on installe les barrières pour délimiter l’espace du vide-grenier. Puis, les vendeurs commencent à arriver. Pendant que Danielle leur indique où se trouve leur emplacement, je prépare le café pour tout le monde, raconte Violaine.  Ce sont deux bénévoles qui tiennent la buvette : Ginette et Marie-Hélène. Elles vendent des gâteaux et des crêpes toute la journée. Vers 11h, je pars préparer les sandwichs qui sont vendus à l’heure du déjeuner ». C’est donc un dimanche qui démarre sur les chapeaux de roue tant pour les organisateurs que les vendeurs qui réalisent un vrai déménagement pour tenter de vendre un maximum de leurs objets qu’ils ont jugé caducs : « C’est un peu plus dur quand le vide-grenier tombe le week-end où on change d’heure, précise Violaine ! Là, la journée démarre en fait à 6h ! ». Mais ce ne sera pas le cas cette année !

L’après-midi se poursuit plus calmement jusqu’à l’heure où il faut tout ranger : « Quand les vendeurs sont partis, on rend la place la plus propre possible en rassemblant tous les déchets et objets abandonnés. Puis, on range les barrières » conclut Violaine.

Ni vu ni connu, la place de l’église Saint Augustin retrouve son calme après une journée agitée. Chacun rentre chez soi avec un grenier un peu plus vide, un porte-monnaie un peu plus rempli, et le souvenir d’une journée où bien souvent, la convivialité est de mise entre voisins de stands et acheteurs !
Cette année, le vide-grenier se tiendra le dimanche 20 mars. A vos agendas !

 


Actualités


Toutes les actualités