Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Toutes les actualités

L’agile salarié des JSA
L’agile salarié des JSA

Bientôt trente ans que l’aîné des Vigneau a rejoint les JSA. Gilles, le coordinateur sportif de l’association, dresse un bilan (positif !) de toutes ces années passées allée des peupliers où sa carrière a su évoluer…  avec agilité !

 « Ce travail n’est pas un labeur. C’est un réel plaisir de me lever le matin pour venir aux JSA » constate Gilles Vigneau. Arrivé en 1989, il ne pensait pas alors rester aussi longtemps : « Je sortais de la fac et j’avais pour vague projet de devenir professeur d’espagnol. En fait, je me cherchais un peu. C’est mon ami Daniel Rousseau, l’ancien directeur technique du basket qui m’a fait entrer comme animateur, raconte-t-il. Ça m’a plu assez rapidement » ! De fil en aiguille, Gilles a passé les diplômes pour devenir éducateur sportif et entraîneur. « Au bout d’un moment, je me suis rendu compte que j’avais trouvé mon métier » ! Passionné par le basket, il s’est énormément investi dans ce domaine : « Au tout début, j’entraînais les poussins. J’avais d’ailleurs Hugo Lopenague comme joueur dans mon équipe ! Ensuite, je me suis occupé de tous les niveaux jusqu’au senior. Pendant vingt ans, j’ai entraîné et coaché les équipes féminines où il y avait Zizou, notre responsable de l’accueil qui jouait à l’époque » !

En presque trente ans, la carrière de Gilles a évolué au sein des JSA. Il va et vient désormais entre les terrains de sport et son bureau : « En plus de mes rôles d’éducateur sportif et d’entraîneur de basket, je suis devenu coordinateur sportif il y a deux ans ». Sa mission est de créer des liens entre la Maison de Quartier et les sections sportives : « Ce poste a amené un équilibre dans ma vie professionnelle et de nouvelles perspectives. J’étais un peu fatigué de n’être que sur le terrain. J’ai de nouvelles responsabilités, je rencontre plus de monde…C’est vraiment intéressant, je me sens plus épanoui, se réjouit-il. Thierry Foucaud me fait entièrement confiance et c’est très confortable car j’ai beaucoup de latitude pour prendre des décisions ».

Côté sport, il n’y a pas que le basket ! Le rugby tient également une grande place dans sa vie : « Je n’ai jamais pu y jouer mais j’ai toujours adoré ce sport ». Cette passion pour l’ovalie, il la partage avec son frère Alain Vigneau, également salarié des JSA : « Nous sommes très complices tous les deux, très liés. C’est un plaisir de travailler ensemble » ! Et si Gilles ne regarde pas des matches de rugby, ce sont les films américains des années 50/60 qui lui permettent de s’évader ou les livres. Incollable en orthographe et en vocabulaire, cet amoureux des lettres  choisit le mot « ancrage » pour qualifier l’association, « parce que nous sommes ancrés à St Augustin et faisons partie des principales composantes de ce quartier », une fierté et un plaisir qu’il savoure depuis bientôt trente ans !

 

Lire la suite
La vérité mon fils sur la Cantine !
La vérité mon fils sur la Cantine !

Le restaurant à burger du quartier ne se désemplit pas et fourmille d’idées. Rencontre avec Léo, responsable de « la cantine gourmande » qui sera bientôt décorée de ses habits de fête !

« Noël approchant, on va suggérer à nos clients des burgers à base de foie gras. On va s’adapter avec des produits gourmands ». S’adapter, la Cantine sait faire. Très à l’écoute de ses clients, elle a su les fidéliser en étant particulièrement à leur écoute et en faisant toujours preuve d’une originalité et d’une ingéniosité débordantes. Les noms donnés à ses burgers en sont la preuve : Le gras c’est la vie ou encore La vérité mon fils pour celui inspiré de la cuisine de la grand-mère de Léo : « ça fait référence à mes origines » ! Derrière ces drôles de noms se cache une cuisine locale et créative : « Nous cuisinons avec les légumes du marché, le pain est fait par un boulanger du quartier ».

A la Cantine, la routine n’existe pas. Outre l’arrivée régulière de nouveaux burgers sur la carte, Léo propose désormais des salades et des Kits du jour (pour ne pas dire plat du jour) ! « Récemment, le kiff, c’était un filet de rouget au thym et laurier avec sa julienne de légumes. On a fait aussi une tartiflette avec une salade de noix ». Quant aux salades, elles ont aussi droit à leurs petits noms rigolos comme Notre amie Cara, 51kg, 1,76m pour celle allégée ou encore Notre ami Nico, le coiffeur italien d’à côté en hommage à leur voisin !

Niveau décoration, Noël approchant, la cantine va bientôt scintiller et se parer de guirlandes : « Des enfants du Centre de Loisirs des JSA vont venir décorer ma vitrine » ! Comme quoi, ce partenariat peut aussi amener des idées créatives !

Une fois les fêtes terminées, Léo  va proposer un nouveau concept : « Il s’agira d’une cantine éphémère, au gré des saisons… On va faire des essais avec des changements réguliers en fonction des envies des clients »… On n’en saura pas plus sur cette nouveauté ! Rendez-vous d’ici quelques mois !

Lire la suite
Des fils aux filets
Des fils aux filets

Benjamin Trouillet a rejoint le club de volley des JSA en septembre dernier en tant que salarié. Son arrivée participe à la restructuration du club.

« Je suis arrivé en 2008 aux JSA comme joueur en équipe nationale, raconte Benjamin. J’ai joué pendant environ 8 ans, j’étais aussi bénévole au club ». Professionnellement, il était plutôt entouré de fils que de filets : « J’étais électricien.  Mais je voulais travailler dans l’univers du sport, alors j’ai entamé dans une reconversion professionnelle. J’ai passé le BPJEPS au CREPS. »

Aujourd’hui, il a atteint son objectif en rejoignant la section volley des JSA en tant qu’agent de développement. « Je m’occupe de la partie administrative du club et de la partie humaine ! J’entraîne aussi trois équipes et j’en coache quatre pendant leurs matches. Par ailleurs, je crée des évènements et des animations pour booster les équipes, explique-t-il. Pour les équipes de niveau régional,  le but est de créer de la cohésion dans leur club. J’organise alors des évènements pour lesquels ils peuvent s’investir comme des tournois. Pour les équipes en nationale, l’objectif est plutôt d’attirer le public à leurs matches. Alors je trouve des animations pour rendre les matches plus vivants. »

Benjamin est arrivé dans un club en pleine restructuration : « Le bureau vient de changer, nous avons un nouveau président, Vincent Auguin. Il y a une nouvelle dynamique qui se met en place et c’est motivant, se réjouit Benjamin. L’objectif de ce bureau est de trouver une nouvelle identité au club afin qu’il se démarque des autres. Nous souhaitons devenir leader dans le domaine de l’évènementiel et faire de ce club un lieu du bien-vivre ensemble ». Quant aux résultats, les deux équipes nationales sont en pleine course pour une montée en nationale 2. Les régionales sont en pleine reconstruction. « Elles s’accrochent, c’est prometteur pour la suite », assure Benjamin. Quant aux jeunes, l’arrivée de nouveaux entraîneurs booste ces équipes.

Côté ballons justement, Benjamin a du lever un peu le pied : « C’est sûr que c’est plus compliqué  mais je trouve encore le temps de jouer. J’ai toujours ma licence de joueur, je fais quelques remplacements ». Les fils électriques sont définitivement derrière lui !

 

Lire la suite
Encore quelques places disponibles au basket des JSA !
Encore quelques places disponibles au basket des JSA !

Encore quelques places disponibles au Basket, n'hésitez pas à vous renseigner auprès du bureau de la section !

Secrétariat Basket : 05 57 57 85 13
basket@jsa-bordeaux.asso.fr
www.jsabasket.fr


Le basket-Ball est un sport collectif avec une forte densité de joueur sur un petit terrain. Chaque équipe s'efforce de réaliser le meilleur score pour gagner le match grâce au tir au panier. Au delà de l'aspect physique, la maîtrise de soi et le respect des autres sont des valeurs importantes.

Horaire des cours
  • Lundi :
    • 17 h 30 – 19 h 00 / Mini Poussin(e)s et Poussin(e)s nés entre 2011 - 2008
  • Mercredi :
    • 10 h 30 – 12 h 00 / Mini Poussin(e)s et Poussin(e)s nés entre 2011 - 2008
    • 13 h 15 – 14 h 45 / Mini Poussines - Poussines nés entre 2011 - 2008
    • 14 h 45 – 16 h 15 / Mini Poussins - Poussins  né entre 2011 et 2008
  • Vendredi :
    • 17 h 00 – 18 h 00 / Salle Claude Barbier

Lire la suite
Step by step
Step by step

Quand vient l’heure des inscriptions aux JSA, il y a un jour où la file d’attente dépasse les frontières de la maison de quartier. Bien souvent, il s’agit de ceux qui espèrent décrocher le sésame : une place au cours de gym ! Le succès de cette activité ne se dément pas. Zoom sur ce pôle hyperactif.

« Quand je suis arrivée en 1992, nous étions deux profs de gym et il n’y avait qu’un cours pour les enfants le mercredi et des cours de fitness uniquement les soirs » raconte Fabienne Matho, responsable du pôle gym et professeur. Aujourd’hui, elles sont 16 intervenantes à enseigner la gym sous toutes ses formes : fitness, Pilates, sophrologie, yoga, zumba, street fit dance, gym senior, gymnastique pour les enfants jusqu’ à 18 ans et la baby-gym : « Quand ma fille Morgane était petite, je la prenais avec moi après la fermeture de la crèche, raconte Fabienne. Pendant que je donnais mon cours, elle évoluait dans la salle de gym. Rapidement, elle a fait de grands progrès en motricité. C’est là que j’ai eu l’idée de monter un cours de baby-gym ». Le succès a été immédiat ! Aujourd’hui, ils sont plus d’une trentaine de petits bambins à déambuler à 4 pattes entre les agrés et les tapis !

De quelques dizaines d’adhérents il y a vingt ans, ils sont aujourd’hui 850 inscrits dans ce pôle gym qui a su évoluer. Le fitness, au départ, n’était proposé qu’en interne. Il a été ouvert au grand public en 1997. De nouvelles activités ont vu le jour comme le street fit dance. Ce cours de fitness chorégraphié est destiné aux adolescents dès la 6ème : « On s’est dit qu’il serait bon de proposer un cours aux jeunes qui quittaient les cours de gym du fait de leur âge. On a donc ouvert ce cours pour eux ». Une autre petite nouvelle dans la famille du pôle gym c’est la sophrologie qui entame sa deuxième année au sein des JSA ; une activité qui amène sérénité, apaisement et lâcher-prise.

L’année prochaine, le pôle gym évoluera encore annonce Fabienne : « Nous allons changer les horaires et les contenus afin de proposer à nos adhérents un certain renouveau ». Affaire à  suivre !

 

Lire la suite
Les JSA prennent soin d'eux
Les JSA prennent soin d'eux

Dans l’ombre de tous, les locaux des JSA sont régulièrement entretenus, maintenus, renouvelés, bref, chouchoutés ! Petit point, en cette fin d’année, sur les réfections et nouveautés mises en place dans nos locaux.

Il y a eu bien sûr, la réfection de la salle Caillon (cf précédent article paru dans la dernière newsletter) : les murs ont été repeints et les rideaux changés donnant ainsi à cette salle une impression de renouveau frappante ! Mais parfois, ce sont aussi de simples petits changements qui sont effectués aux JSA,  de petits détails qui peuvent changer le quotidien, comme remplacer un vieux robinet trop grand qui empêchait une cafetière d’être remplie ! C’est le cas dans le bureau du club de basket qui est maintenant doté d’un beau mitigeur tout neuf ! Plus besoin de contorsionner la cafetière dans tous les sens !

Une fois le café avalé, les joueurs qui pratiquent au gymnase de Maître Jean peuvent marquer leur panier entourés de poteaux aux protections toutes refaites. Quant aux volleyeurs, ils pourront bientôt profiter d’un local entièrement rénové ! Les joueurs de tennis ne sont pas lésés car leurs cours vont être rénovés.

Restons sur le domaine de Maître Jean. Que vous soyez sportifs ou simples visiteurs (comme pour le vide-grenier par exemple qui se tiendra le 25 novembre ;-), peut-être aviez-vous remarqué qu’un pare-soleil a été démonté sous la halle après quelques années de bons et loyaux services ? Quant aux arbres qui habitent le site, ils ont eu droit à leur bel élagage saisonnier.

Quittons les baskets pour retrouver les ballerines. Du côté du studio de danse, les plus petits rats des JSA ont maintenant une barre adaptée à leur taille. Les pliés, battements et ronds de jambe sont désormais praticables dès l’âge de 4 ans.

Toujours au sein de la Maison de Quartier, quelques nouveautés vont changer le quotidien des adhérents : fini le soleil qui éblouit les amateurs de judo, de taï-chi ou de fitness car des rideaux vont être installés au dojo et dans la salle dédiée au fitness.

Quand les chaudes heures caniculaires reviendront au printemps prochain, les adeptes de Pilates et de danse souffriront moins de la chaleur car l’installation de 4 ventilateurs sont à l’étude pour les studios. Enfin, afin de faciliter la circulation dans les locaux des JSA, de la Maison de Quartier à Maître Jean, une signalétique va être mise en place début 2019.

 

Lire la suite
L’enfant des JSA
L’enfant des JSA

Fils de Marie-Noëlle Lopenague, co-fondatrice des JSA puis directrice durant trente ans, Hugo est « tombé dedans » quand il était petit. Aujourd’hui, il est, entre autre, responsable du Centre d’Accueil et de Loisirs et poursuit sa route avec enthousiasme au sein de cette maison qui l’a vu grandir.

Les JSA sont la deuxième maison de beaucoup de monde entre ces murs, peut-être encore plus pour Hugo. « J’ai tout fait ici, du basket, de la danse aussi pendant trois ans. Je participais aux séjours, je fréquentais évidemment le centre de loisirs. Je me souviens du bus informatique qui stationnait tous les mercredis devant le bureau de ma mère. Il y avait une dizaine d’ordinateurs dedans et on y jouait à Pacman, raconte-t-il. Mais je ne pensais qu’au basket, j’étais déjà accro ».  Outre l’attachement à la Maison de Quartier, c’est aussi la passion pour ce sport que ses parents ont su lui transmettre : « J’ai commencé très tôt, vers 5 ans. Je n’ai arrêté qu’à 30 ans. J’étais alors semi-professionnel. J’ai évolué une bonne partie de ma carrière en nationale 2 et je suis allé jusqu’en nationale 1 ». Aujourd’hui, Hugo a mis un terme à cette carrière sportive mais n’a pas pour autant lâché le panier: « J’anime le basket loisirs tous les lundis soirs et c’est un vrai plaisir, ça me permet de garder un pied dans ce sport ».

Hugo se dit être le « Ravensburger » des JSA car il fréquente tous les publics des JSA de 7 à 77 ans ! Il y a bien sûr les enfants les mercredis étant responsable du Centre d’accueil et de Loisirs. Puis, viennent les ados lors des séjours qu’il dirige : « J’adore ces moments de vie en collectivité où on se coupe du quotidien. On découvre de nouveaux lieux, les rapports avec les jeunes et les animateurs ne sont pas les mêmes. Le prochain sera le séjour ski qui se déroulera en février à Formigal en Espagne. J’ai hâte » !  Hugo fréquente aussi le public senior avec les randonnées qu’il organise et anime tous les jeudis et le public adulte lors des séances de basket loisir le lundi soir. « Ce que j’aime dans mon métier d’éducateur sportif et de responsable de CAL, c’est que je ne fais jamais la même chose ». Il ne connaît pas la routine car les JSA aussi changent au fil des années : « J’avais 20 ans quand j’ai commencé l’animation parallèlement à ma carrière de basketteur. Aujourd’hui, le Centre d’Accueil et de Loisirs, comparé à celui d’il y a à peine dix ans, a énormément évolué : les activités proposées sont bien plus nombreuses ». Avec le retour de la semaine à 4 jours, les mercredis des JSA ont repris du service dès le matin avec une nouvelle organisation inspirée du passé de l’association. C’est ainsi que « la maison verte » renaît de ses cendres. Proposée aux enfants de classes élémentaires n’étant inscrits à aucune activité spécifique des JSA, ce pôle d’animation a pour but de sensibiliser les enfants au développement durable en les rapprochant de la nature. Un jardin pédagogique est ouvert aux petites mains vertes dans le jardin de l’école Ste Monique. « On a su remettre au goût du jour la Maison Verte, c’est une vraie réussite », se réjouit Hugo.

A fréquenter si assidûment les JSA, il y a rencontré sa compagne avec laquelle il a eu deux enfants : Victor qui suit les cours de gym de Fabienne, du haut de ses 3 ans et Alice, la petite dernière de 9 mois qui rejoindra bientôt aussi les gymnases de la Maison de Quartier. « La relève est assurée » annonce-t-il !

Lire la suite
Un partenaire musclé
Un partenaire musclé

Depuis au moins 15 ans, c’est grâce à l’entreprise LOC SPORT que les enfants des JSA s’initient à toutes sortes d’activités physiques ou encore profitent de structures gonflables lors des grands événements. Rencontre avec le gérant de cette entreprise : Dominique Antalick.

« Je suis de la même génération qu’Hugo Lopenague, précise cet ancien des JSA. J’ai joué au basket dans l’équipe des poussins et jusqu’en cadet France. C’était Gilles Vigneau mon entraîneur ». Dominique connaît donc bien les lieux ! Quand il a repris l’entreprise LOC SPORT en 2006, celle-ci travaillait déjà avec les JSA : « Cela fait au moins 15 ans que nous collaborons avec la Maison de Quartier. Nous prêtons du matériel pour votre centre de loisir, vos TAP (NDLR : jusqu’à l’année dernière), vos événements ou encore pour fournir les cours de baby-gym avec du matériel de motricité que nous changeons tous les ans pour varier les parcours de vos petits adhérents ».

Spécialisé en matériel ludique et pédagogique, LOC SPORT propose un large éventail de jeux, animations et activités en tout genre : structures gonflables, jeux sportifs, jeux géants… « Nous louons du matériel mais nous proposons aussi des animations clés en main comme des arbres de Noël, des anniversaires ou encore des enterrements de vie de célibataire ». L’entreprise qui s’apprête à fêter ses 20 ans dans quelques mois, s’est récemment lancée dans les animations connectées avec la location de casques de réalité virtuelle.

LOC SPORT a rejoint le club des partenaires des JSA en ce début de saison : « J’étais heureux que l’on me fasse cette proposition ! C’est un club dynamique et novateur qui va tous nous permettre d’élargir notre réseau tout en profitant de l’image des JSA » conclut Dominique Antalick.

 

Lire la suite
Optique Saint Augustin voit l’avenir d’un bon œil
Optique Saint Augustin voit l’avenir d’un bon œil

Cela fait maintenant trois ans que Morgane Gellis a ouvert son magasin de lunettes rue Jenny Lepreux. Fidèle au club partenaire des JSA, elle a su s’ancrer à St Aug !

C’est avec un plaisir non feint qu’elle expose ses belles montures  sur les quatre murs de son magasin : « Regardez celles-là comme elles sont belles. Cette saison, j’ai fait entrer deux nouvelles marques : Paname et Nine Accord, une marque japonaise, explique l’opticienne. Comme toujours, j’aime bien intégrer à ma collection des marques peu connues et originales ». Mais quand on lui demande si elle regrette de ne pas en porter elle-même, la réponse est spontanée : « Oh non ! Je déteste porter des lunettes » ! L’opticienne du quartier, celle qui manipule ces fragiles et précieux objets tous les jours avec passion et précaution porte des lentilles ! Un comble qui fait sourire !

Trois ans après son arrivée dans le quartier, Morgane dresse un bilan très positif : « Je suis contente car j’ai de plus en plus de clients dont pas mal d’adhérents de la Maison de Quartier. Le bouche à oreille  a bien fonctionné » !

Pour la deuxième année consécutive, Morgane fait partie du club des partenaires des JSA : « J’ai évidemment renouvelé mon adhésion car je trouve ça important de faire partie de la vie du quartier, et d’être solidaire », explique-t-elle. Ce club, qui souffle sa deuxième bougie cette année, voit le lien entre ses membres se renforcer au fil des rencontres organisées par les JSA : « J’ai notamment des affinités avec l’une des membres avec qui je vais mettre une opération en place ». Créer du lien et prospérer ensemble, tel est le but de ce club !



 

Lire la suite
Le sourire des JSA
Le sourire des JSA

Elle est souvent le premier visage qu’on voit en entrant aux JSA. Sa voix et son rire sont imprimés dans toutes les oreilles des adhérents, salariés et bénévoles de la Maison de Quartier. Rencontre avec Zizou, hôtesse d’accueil des JSA.

« Les JSA, c’est ma deuxième famille »annonce-t-elle tout de go. Cela fait 32 ans qu’elle fréquente l’association et qu’elle y reste fidèle. Forcément, ça crée des liens ! « Quand j’avais 14 ans, je jouais au basket au SAM de Mérignac. Denis Lacampagne, le président de la section basket à l’époque est venu me chercher car il souhaitait constituer une équipe forte de cadettes ».

Voilà comment tout a commencé entre Zizou et les JSA. Après, elle n’est plus jamais partie. Une grande partie de sa vie s’est écrite entre les murs de la Maison de Quartier. « Ici, j’ai rencontré le père de mes deux aînés, Daniel Rousseau qui était responsable technique de la section basket ». Zizou a longtemps fréquenté les gymnases, jouant au basket jusqu’à l’âge de 33 ans et entraînant des équipes dès l’âge de 20 ans. « Je suis devenue salariée il y a 18 ans. La Maison de Quartier avait besoin d’une personne pour gérer l’accueil. Mes responsables de l’époque m’ont fait confiance en acceptant de me donner ce poste ». Un poste qui lui va comme un gant car Zizou aime les gens et ça se sent dès qu’on ouvre la porte de l’accueil.

Rapidement, il devenait difficile de tout gérer de front : « J’avais mes enfants, le travail et les entraînements de basket. Ces derniers me prenaient trop de temps, occupant une bonne partie de mes week-ends. J’ai choisi d’y renoncer pour mieux m’occuper de ma famille ».  

En 18 ans, elle a vu la Maison de Quartier évoluer, son poste aussi : « Je ne fais pas le même accueil qu’au début ! Aujourd’hui, les JSA proposent bien plus d’activités et accueillent beaucoup plus de monde. Il y a plus de dossiers et d’administratif à gérer. Nous sommes en train de monter un projet de nouveau logiciel qui sera, j’espère, mis en place à la rentrée 2019, explique-t-elle. C’est un projet co-construit avec d’autres Maisons de Quartier et qui permettra aux adhérents de se pré-inscrire en ligne ».

Ultra sollicitée à ce poste, elle est d’une patience à toute épreuve. Quand vient l’heure de « la débauche », elle sait comment se ressourcer, loin de la ville et de son trafic : « J’adore aller à Hourtin. Je peux m’extasier devant un coucher de soleil, confie-t-elle ! Aujourd’hui, à 46 ans, j’ai soif de découverte ». Il faut dire que le basket a occupé une grande partie de sa vie, la privant des sorties et des voyages qu’elle aurait pu faire. C’est peut-être avec ses trois enfants devenus bien grands qu’elle partira bientôt à la conquête de nouveaux paysages : « Laureline  a maintenant 24 ans, Maxime, 21 et Jonah a 10 ans…Je suis si fière d’eux ! Ce sont les amours de ma vie ».

 

Lire la suite


Actualités



Evènements

  • Marché de Noël aux JSA

    Quand ils arriveront à la Maison de Quartier ce mercredi 19 décembre, les enfants seront rapidement plongés dans un univers merveilleux ! Les ...

  • Concert de Noël de l'école de Musique

    L'école de Musique des JSA vous proposent en cette fin d'année, leur concert de Noël. Retrouvez les le mercredi 19 décembre 2018 ...

  • Marché de Noël aux JSA

    Quand ils arriveront à la Maison de Quartier ce mercredi 19 décembre, les enfants seront rapidement plongés dans un univers merveilleux ! Les ...


Tous les évènements