Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Toutes les actualités

Le séjour au ski des JSA : une histoire de presque 40 ans.
Le séjour au ski des JSA : une histoire de presque 40 ans.

Jean-Louis David, maire du quartier St Augustin, a été le premier directeur des JSA. Il a connu les tout premiers séjours au ski. Presque 40 ans que les jeunes de St Aug glissent sur les pentes enneigées. Retour sur une belle histoire de sport et de solidarité.

« Avec Marie-Noëlle Lopenague qui était alors directrice adjointe, on organisait déjà des séjours durant les vacances d’été et de printemps. On s’est dit que ça vaudrait peut-être le coup de mettre ça en place en hiver » raconte Jean-Louis  David. Qu’à cela ne tienne, avec le soutien logistique de l’association Arlac-Solférino dont faisait notamment partie le maître d’école Denis Géron, les premiers séjours ont démarré à l’aube des années 80 : « Nous partions à Ste Marie de Campan, en bas de La Mongie avec toute une équipe de bénévoles composée de profs de sport des JSA, de nous et de maîtres d’école, se souvient Jean-Louis David. On partait avec un bus rempli, il y avait 55 enfants qui venaient de la gym, du basket ou encore de l’école de musique. C’était un joyeux mélange » !

Le succès de ces séjours a été immédiat. « Ce séjour au ski était attendu autant par les adultes encadrants que par les enfants, raconte Jean-Louis David. C’était l’occasion pour certains enfants de voir la montagne et la neige pour la première fois. Nous avions mis en place un fond spécial d’aide aux familles pour permettre aux plus défavorisés du quartier de participer au séjour. Une fois sur place, pour certains enfants, c’était impressionnant de découvrir ces paysages enneigés! Je me souviens d’un qui, en descendant du bus, prêt à skier, m’a dit le regard inquiet « je pense que je vais plutôt faire une petite balade ! Je me suis régalé pendant toutes ces années » conclut-il. Alain Vigneau a rejoint l’équipe encadrant ces séjours en 1989. « On allait souvent dans les Alpes dans les années 90, à St Gervais, Chambéry… On roulait toute la nuit. Puis, on a découvert les stations espagnoles, accueillantes et conviviales ! » Depuis ces années 80/90, l’équipe encadrant les enfants s’est professionnalisée. Elle est composée désormais d’éducateurs sportifs dont Hugo Lopenague qui dirige désormais ces séjours depuis plusieurs années. Le prochain débute le 17 février…de bons souvenirs à fabriquer en perspective !

 

Lire la suite
Les JSA et les écoles main dans la main avec les IMS
Les JSA et les écoles main dans la main avec les IMS

Depuis 35 ans, des éducateurs sportifs des JSA proposent des séances de sport pendant le temps scolaire auprès des écoles du quartier. Ces IMS (intervention en milieu scolaire) sont une riche collaboration comme en témoigne Mme Lefeuvre enseignante à Ste Monique.

« En tant qu’enseignant, on est censé être compétent dans tous les domaines. Mais forcément, il y en a certains qu’on maîtrise moins que d’autres » constate l’enseignante en CM1/CM2 de Ste Monique. Ce peut être le cas du sport ! Heureusement, les écoles du quartier ont la chance de bénéficier du savoir-faire et du matériel des JSA. Plusieurs fois par semaine, Gilles, Alain et Fabienne,  éducateurs sportifs des JSA, interviennent auprès de classes des écoles du quartier : « une chance  pour les élèves »  reconnaît Mme Lefeuvre. Athlétisme, basket et gymnastique sont ainsi enseignés plusieurs fois par semaine aux élèves des écoles Flornoy, Alphonse Dupeux, Bel Air, Ste Monique et Ste Thérèse dans les locaux des JSA. « Pour ces interventions, nous avons été agrées par  l’Education Nationale, explique Gilles Vigneau. Nous préparons ces cycles de sport en concertation avec les enseignants. Depuis toutes ces années, une grande relation de confiance est née de cette collaboration entre eux et nous ». Ce que confirme Mme Lefeuvre : « Leur rôle leur permet d’avoir un regard extérieur sur les enfants.  Nous, en tant qu’enseignant, on est en vase clos avec les élèves toute la journée. Les éducateurs sportifs ont un recul que nous n’avons pas et nos nombreux échanges sont toujours très enrichissants ».

Pendant que Fabienne, Gilles ou Alain donnent leurs cours de sport, les enseignants sont évidemment mis à contribution : « Nous arbitrons de petits matches ou nous gérons des échauffements. C’est aussi l’occasion pour nous d’observer nos élèves avec un certain recul et c’est toujours très instructif ».

L’intervention  d’une personne extérieure est aussi une forme d’entraînement pour le collège où les élèves verront défiler un grand nombre de professeurs. « Ces IMS sont  vraiment une chance pour les élèves. Pourvu que ça dure » conclut l’enseignante !

Lire la suite
Des chiffres et des lettres
Des chiffres et des lettres

Aux JSA, il y a les têtes connues, celles que l’on croise tout le temps et il y a ceux dans l’ombre, nichés dans les bureaux tout là-haut. On ne les voit pas mais sans eux, la « boutique » ne tournerait pas.  C’est le cas de Maryline, la responsable des ressources humaines. Rencontre avec celle qui jongle avec les chiffres et les lettres de la Maison de Quartier.

Quand on arrive aux JSA en tant que salarié, c’est une des premières personnes que l’on rencontre. Maryline est celle avec qui on relit son contrat, c’est aussi elle qu’on va voir pour caler ses congés. Sa douceur et sa bienveillance font de ces moments qui demande pas mal de concentration, des rendez-vous finalement sereins. Cela fera bientôt trente ans qu’elle nage avec rigueur et organisation parmi les nombreux dossiers administratifs des JSA : « Quand je suis arrivée en 1991, j’étais seule à ce poste. Il n’y avait qu’un ordinateur et une machine à écrire électronique, raconte-t-elle. On se les disputait avec ma voisine de bureau, Anne-Marie ! Les payes mais aussi les déclarations annuelles de salaires auprès de l’URSSAF se faisaient sur papier. J’y passais des heures » ! En 1995, ce fût le soulagement avec l’arrivée de l’informatisation. En 1996, la charge de travail de Maryline s’est allégée avec l’arrivée de Philippe Bozanni : « Il a pris en charge la partie comptable et je gardais tout le volet social, précise-t-elle. Mais quand il est arrivé, nous ne savions pas que nous avions recruté un homme deux en un : comptable et informaticien » ! En effet, depuis, Philippe porte toujours la casquette de « monsieur ordinateur » aux JSA (NDLR : portrait à venir dans une prochaine newsletter). Enfin, c’est Rémy qui a rejoint la troupe en 2015 pour prendre en charge une partie du travail de Philippe et Maryline. « Quand je suis arrivée aux JSA, nous n’étions qu’une quinzaine de salariés ». Aujourd’hui, ils sont une centaine d’où la nécessité d’avoir renforcé l’équipe administrative !

« Avant de rejoindre les JSA, je travaillais dans le milieu de l’entreprise. J’ai été un peu désorientée en arrivant ici car je ne connaissais pas l’ambiance associative. C’était très détendu, se souvient-Maryline. Aujourd’hui, même si les JSA ont su conserver leur état d’esprit associatif avec une humanité certaine, l’association ressemble plus à une petite entreprise. Ces dernières décennies, le nombre de salariés, d’adhérents et d’activités proposées a explosé  ».

Quand elle n’est pas aux JSA, Maryline s’éloigne des écrans d’ordinateurs et de sa calculatrice pour se balader ou pour coudre : « Pendant des années, en dehors du travail, je m’occupais beaucoup de mes enfants devenus grands et autonomes maintenant… Aujourd’hui, je profite de mon temps libre » !

 

Lire la suite
Toutes les Maisons de Quartier autour des JSA Bordeaux Métropole Basket !
Toutes les Maisons de Quartier autour des JSA Bordeaux Métropole Basket !

A l’occasion de la rencontre entre les JSA Basket et l’équipe de Tarbes au palais des sports de Bordeaux, les huit Maisons de Quartier de la ville ont été conviées par les JSA pour unir leurs voix et soutenir l’équipe locale !

« Ce fût une belle opération. 800 places ont été occupées par les adhérents des Maisons de Quartier de Bordeaux et tous sont repartis ravis de cette soirée » se réjouit Thierry Foucaud, directeur des JSA. Au cœur de la semaine, mardi 29 janvier, assister à un match de basket a offert l’occasion à de nombreuses familles de sortir de leur quotidien. Beaucoup assistaient pour la première fois à un tel événement. « Ce sont des équipes de professionnels qui s’affrontaient. Les JSA Bordeaux Métropole Basket sont une équipe de haut niveau et un des clubs phare du sport bordelais. C’était une chance de pouvoir faire vivre ce match à tant de personnes » poursuit Thierry Foucaud.

Ce fût également l’occasion de mettre en valeur les forces vives que représentent les Maisons de Quartier pour la ville, leurs présidents et directeurs ayant rejoint le terrain pendant une pause du match pour être présentés et applaudis par tous !

Soutenus par les encouragements du public, ses applaudissements et ses Ola, les JSA Bordeaux Métropole Basket sont sortis victorieux de ce match avec un score de 84 à 77 après quelques rebondissements. Coco, la mascotte de l’équipe des JSA a également conquis le cœur des enfants des Maisons de Quartier. Sûr qu’après ce match, les JSA Basket ont gagné un bon nombre de nouveaux supporters !

« Nous allons organiser d’autres opérations communes avec les autres Maisons de Quartier. Nous avons, à nous tous, un vivier de près de 30 000 adhérents. Il faut en profiter pour faire vivre au plus grand nombre d’autres grands moments d’émotion comme celui-ci » conclut le directeur des JSA.

Lire la suite
Des JSA au CHU
Des JSA au CHU

Rencontre avec Valentin Pouplin, le responsable technique de la section basket qui partage son temps avec son métier d’infirmier-puériculteur.

Originaire d’Angers, Valentin a débarqué au port de la lune il y a quatre ans : « J’ai fait ma dernière année d’études à Bordeaux. La ville m’a plu ainsi que le poste qu’on m’a proposé par la suite, alors je suis resté ». Le poste en question n’était pas encore celui de responsable technique à la section basket qu’il occupe depuis trois mois. « En fait, en plus des JSA, je travaille également au CHU de Bordeaux en tant qu’infirmier-puériculteur en réanimation néonatale et pédiatrique ». Bien que le sport de prédilection de Valentin soit le basket, on peut dire qu’il fait le grand écart entre ces deux métiers qu’il pratique à temps partiel. « Aux JSA, je coordonne les interventions des différentes équipes avec les entraîneurs, j’organise leurs créneaux d’entraînements et les matchs des week-end, explique-t-il. Par ailleurs, j’entraîne également deux équipes régionales U13 et U17, sachant que les U17 sont dans le circuit de la filière élite, ils ont donc six entraînements par semaine. En dehors des JSA, je suis également entraîneur auprès de la sélection U14 régionale masculine qui regroupe les meilleurs espoirs d’Aquitaine. »

En tout, Valentin travaille 20h aux JSA. 22h autres heures par semaine, il est auprès des enfants et des bébés en réanimation au CHU de Bordeaux. Un métier difficile qui le confronte à des situations souvent tragiques. « Outre, la prise en charge de la douleur chez l’enfant, c’est aussi la gestion de l’entourage qui fait partie de mon métier. » Ces deux casquettes que portent Valentin lui permettent de trouver un équilibre certain : « Je vis beaucoup mieux les défaites aux matches que certains autres coaches car le soir même, je peux me retrouver à vivre des moments difficiles auprès des enfants malades, ça me permet de relativiser, explique-t-il. Par ailleurs, ça me fait du bien de voir des enfants qui courent partout et s’amusent au basket après une journée difficile au CHU ».

Pour le moment, Valentin a la chance de pouvoir conserver ces deux postes aux JSA et au CHU et s’investit autant dans l’un que dans l’autre. « Nous aimerions organiser un championnat U18 élite avec les JSA. Nous serons donc amenés à accueillir des jeunes de toute la France, explique Valentin. J’en profite pour faire un appel car nous sommes à la recherche de familles d’accueils pour héberger ces jeunes basketteurs de 16, 17 ou 18 ans durant la saison de septembre à juin »! A bon entendeur !...

 

Lire la suite
ENGIE, un partenaire qui voit la vie en vert
ENGIE, un partenaire qui voit la vie en vert

Dans un secteur de l’énergie en profonde mutation, le groupe ENGIE, partenaire des JSA, place l’environnement au cœur de ses préoccupations et s’est lancé dans sa révolution énergétique intitulée « Engie Harmony Project ».

A travers le monde, des acteurs de l’industrie énergétique se sont engagés dans des projets visant à créer « un équilibre entre intérêts individuels et enjeux collectifs », l’objectif final étant l’invention de solutions « vertes » pour prendre soin de notre planète ! Les « imaginative builders » sont ces partenaires d’Engie qui allient leur savoir-faire à l’expertise de l’industriel énergétique pour monter ces projets.

Ces derniers voient le jour petit à petit à travers le monde entier. A Mexico, par exemple, afin de rendre un centre sportif plus sécurisé et accueillant, une installation lumineuse à base de 111 films solaires organiques flexibles et colorés a été installée. Ce projet a permis de donner une deuxième vie à ce quartier auparavant  plongé dans l’obscurité le soir venu.

En Belgique, ce sont des éoliennes à axe vertical de moyenne puissance avec des pales plus petites qui ont été inventées et mise en place grâce à la collaboration entre ENGIE et Fairwind, un des principaux fournisseurs d’éoliennes. Ces petites éoliennes vont pouvoir fournir une énergie verte aux exploitations agricoles et PME.

Plus près de chez nous, en Vendée, dix agriculteurs se sont réunis pour mettre en place le recyclage de déchets agroalimentaires issus de leurs élevage. Ceux-ci sont transformés en gaz vert dans l’usine de méthanisation « AgriBioMéthane ». Ce gaz est utilisé pour les réseaux de distribution et le carburant des voitures.

Les JSA se retrouvent dans les valeurs partagées avec ce prestigieux partenaire qui mène également de nombreuses initiatives et projets en faveur du développement durable. Les actions des JSA sont certes plus modestes que celles initiées par  ENGIE et ses partenaires, mais chaque geste compte et permet de donner l’exemple à la plus jeune génération !

Pour découvrir toutes les initiatives issues de l’ « Engie Harmony Project », rendez-vous sur le site Internet : https://harmonyproject.engie.com/#content

Lire la suite
Les sections dans les starting-blocks
Les sections dans les starting-blocks

Du côté de sections, janvier rime avec début des compétitions (il n’y a aucune rime dans cette phrase, on vous l’accorde. Mais vous avez compris l’idée ☺

Cette deuxième partie de saison va être un tremplin vers les différentes phases finales des compétitions dans lesquels les clubs sont engagés. Du côté du basket et du volley, les joueurs jeunes et seniors préparent les finales départementales, régionales et nationales.

La section judo est engagée dans différents tournois et compétitions régionales ou nationales. La toute nouvelle équipe féminine va essayer de se qualifier pour le championnat de France de deuxième division. Quant aux meilleurs représentants de la section, ils partiront en compétition internationale.

Du côté de l’escalade, fort de leur vitalité retrouvée suite aux péripéties survenues en 2017 (NDLR : des inondations survenues dans la salle Maître Jean durant les travaux de rénovation ont privé la section de son mur pendant quelques mois), ils vont participer à des compétitions départementales, régionales et nationales dès ce mois de janvier et jusqu’en juin.

Les JSA souhaitent de beaux podiums à tous leurs sportifs pour 2019 !

Lire la suite
« L’animation, mon cœur de métier »
« L’animation, mon cœur de métier »

Danielle Fortin, directrice adjointe des JSA et directrice de la Maison des 5 Sens est là depuis le début. Arrivée en 1983, elle rejoint la maison de quartier pour ne plus la quitter. Retour sur le parcours d’une femme passionnée et passionnante.

La voix de Danielle vous enveloppe comme une douce couverture. Entre Jeanne Moreau et Macha Béranger, sa tonalité grave vous apaise. Alors quand elle vous raconte son parcours aux JSA, on passe forcément un doux moment dans un esprit cocooning, à l’image de la Maison des 5 Sens dont elle orchestre l’organisation depuis ses débuts. Mais avant d’en arriver au 5 allée des peupliers, il y a eu quelques épisodes.

Au début des années 80, quand les JSA ont quitté le statut de patronage pour devenir  Maison de Quartier, le sport était alors prépondérant : basket, volley, football, arts martiaux… « L’envie de mettre en place plus d’activités culturelles était là, raconte Danielle. L’idée fondatrice des JSA étant de proposer à tous les habitants des activités autant sportives que culturelles ou de loisirs ». C’est à ce moment que sont nés l’école de musique, le labo photo, les cours d’arts plastiques, de théâtre et c’est aussi à cette époque que s’est installée la bibliothèque. Avant qu’elle ne prenne place au rez-de-chaussée de la salle municipale et n’adopte le nom de Jean de la Ville de Mirmont, la bibliothèque de quartier s’est d’abord ancrée aux JSA, dans l’actuelle salle de gym du troisième étage, puis, quelques années plus tard, dans l’actuelle salle de la petite enfance au premier étage. Danielle, qui était bibliothécaire, a pris la responsabilité de ce petit temple du livre : « En installant la bibliothèque au sein des JSA, l’objectif était de faire en sorte que tous les publics se côtoient, enfants comme adultes, raconte-t-elle. Certes, en tant que bibliothécaire, je savais ranger, trier les livres et gérer le côté administratif, mais ce que j’aimais plus que tout, c’était l’animation et en ça, je n’ai pas changé, poursuit Danielle. Animer pour tous sans distinction, tel est mon cœur de métier ».

Nombreuses ont été les expositions menées, les activités mises en place. Cette colocation entre les JSA et la bibliothèque aura duré jusqu’en 2013 avant que cette dernière ne rejoigne la place de l’église St Augustin. La maison des 5 Sens n’existait pas encore…sauf dans la tête de Danielle : « En 1987, on avait monté une exposition intitulée Sensations où les 5 sens étaient mis à l’épreuve. En fait, cette envie de monter un lieu d’activités sur les cinq sens pour adultes était là depuis longtemps !  J’ai pu concrétiser ce projet en 2004 avec l’ouverture de la Maison des 5 Sens ».

Les rênes de l’école de musique ont alors été confiées à Cathy Ransay. Danielle a pu se consacrer à la Maison des 5 Sens et a su en faire le lieu dont elle rêvait : « Ici, les gens apprennent une technique tout en se sentant chez eux. Je tenais beaucoup à faire de cette maison un lieu douillet et accueillant ouvert à tous sans élitisme ou distinction. » Mission accomplie. Aujourd’hui, 200 personnes passent le pas de la maison chaque semaine, accueillis chaleureusement par Danielle.

Mais il n’y a pas que les JSA et la Maison des 5 Sens dans la vie de Danielle ! En ce moment, il y a Otis, le 15ème futur chien guide qu’elle accueille pour ses premiers mois de vie avant qu’il ne soit confié à une personne malvoyante. Depuis 2005, elle est engagée auprès de l’école de chiens guides Aliénor devenant même vice-présidente de l’association. Et autour d’Otis rodent Onolulu, Oscha, Victor et Urbia ; les chats de Danielle. Qui n’aime pas les animaux n’aime pas les hommes… Tout est dit !

Lire la suite
Celer traite bien le quartier
Celer traite bien le quartier

Alexandre Nordlinger, ce jeune traiteur qui dirige l’enseigne CELER depuis deux ans, en plus de mettre du cœur à l’ouvrage, tient à dynamiser le quartier. Ce partenaire des JSA est l’une des têtes de proue de la Nocturne Gourmande.

« Avec quelques autres jeunes commerçants de bouche du quartier, nous avons monté ce projet dans le but de faire découvrir notre manière de travailler et pour dynamiser le quartier », raconte Alexandre. Organisée un peu dans la précipitation, la première édition de la Nocturne Gourmande s’est déroulée le vendredi 5 octobre : tables et chaises ont pris place rue Jenny Lepreux pour proposer un grand repas festif et convivial. « Nous avions prévu 350 places assises, nous avons dû refuser l le double de personne ! Ça a été un succès incroyable » se réjouit Alexandre qui a, dès le lendemain, accueillit de nouveaux clients grâce à cette manifestation.

Cet évènement a donc été un des grands temps forts de 2018 pour le traiteur de St Aug ! « Nous allons réitérer l’opération au moins deux fois en 2019 », annonce le traiteur de CELER. Cette fois, de nouveaux commerçants auront le temps de rejoindre l’organisation de la manifestation. « Nous aimerions que d’autres commerçants ouvrent leurs enseignes à la prochaine nocturne ».

Cette envie de fédérer et de faire vivre le quartier qui anime Alexandre rejoint les valeurs du club partenaire des JSA. « Je suis évidemment toujours partenaire de la Maison de Quartier qui est une des entités fortes du quartier » !




 

Lire la suite
Les JSA se sont pliés en quatre pour noël 
Les JSA se sont pliés en quatre pour noël 

La fête de Noël des JSA était une belle introduction à la période des fêtes de fin d’année ! Les enfants ont vécu une journée intense en émotion qui s’est terminée avec le marché de Noël dont les recettes ont été reversées à l’association le 4 de Bordeaux.

Ce Mercredi 19 janvier avait des airs de 26 mai ! Rappelez-vous…cette manifestation organisée au printemps dernier où les JSA présentaient toutes leurs activités sous un déluge mémorable ! La météo de ce mercredi d’hiver rappelait cette fameuse journée apocalyptique. Mais les JSA savent affronter les éléments en gardant le cap ! Pour ce 19 décembre, l’objectif était de faire rêver les enfants en leur offrant une parenthèse festive. Mission accomplie !

La journée a démarré avec un spectacle intitulé « La récup à sons » de Vincent Macias de la compagnie « Arrreuh ». L’artiste composait sons et musique avec  toutes sortes d’objets du quotidien : un balai transformé en flûte, une guitare électrique fabriquée avec une poêle ou encore une cornemuse conçue à partir d’un pot au lait et de gants mapa ! « Il était trop drôle le monsieur » racontait la petite Margaux ! Vincent Macias a su captiver son jeune public grâce à son ingéniosité et une mise en scène loufoque !

Puis direction la salle Claude Barbier qui avait des airs de parc de loisirs ! Structures gonflables spectacle, maquillages, tatouages éphémères, barbe à papa ... tout était là pour faire vivre aux enfants des JSA une journée de folie !

Le marché de noël a ouvert ses portes aux alentours de 16h. Il y avait de quoi satisfaire tout le monde au vu de la variété des objets en vente. Certains stands ont été rapidement dévalisés. Près de 400€ ont été récoltés pour l’association « le 4 de Bordeaux » qui organise une fois par mois le « repas des sans chez soi ».

La journée s’est terminée avec le concert de l’école de musique qui a fait salle comble. Tout le monde est reparti avec encore quelques flocons dans les cheveux et des souvenirs plein la tête !

Lire la suite


Actualités



Evènements

  • Mythologia

    Pour la troisième fois consécutive, le Centre d’Accueil et de Loisirs des JSA (CAL) propose une exposition à quelques jours des vacances. ...

  • Vacances de février 2019

    Retrouvez tous nos programmes pour les vacances de février : - Programme PS et MSMaternelles - Programme GS Maternelles - Programme Elementaire - ...

  • Stage de Théâtre aux JSA

    "Théâtre, bien être et lâcher prise" Intervenante Théâtre : Véronique Reviron-Rey, comédienne & ...


Tous les évènements