Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Toutes les actualités

Le grand p’tit débrouillard des JSA
Le grand p’tit débrouillard des JSA

Arrivé comme basketteur à l’âge de 8 ans, Nicolas Noaille n’a finalement jamais quitté les murs de la Maison de Quartier. Depuis, il a laissé tomber le ballon et l’a notamment troqué contre une casquette d’animateur-inventeur-bricoleur.

Après quelques années à fréquenter les terrains de basket des JSA, Nicolas s’est attaché à la Maison de Quartier et s’y est investi en se tournant vers l’animation. « J’avais 17 ans lors de mes premiers séjours en tant qu’animateur. J’ai vécu pas mal de coupes de monde de football avec les enfants ! Je me souviens de celle de 2006 où la France s’est fait éliminer dès le premier tour. C’était le début de la colo…tous les enfants pleuraient dès le premier soir, se souvient-il ! Après le bac, je continuais à venir les mercredis et pendant les vacances scolaires tout en suivant mes études d’électronique. J’ai ensuite travaillé dans une entreprise de bornes d’arcade mais j’ai vite compris que je préférais l’animation ! » Il a donc posé son ancre aux JSA.

En deux décennies, il a su y faire évoluer son rôle ; d’abord, en passant le BAFD (Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur) pour diriger des séjours. Ensuite, fort de ses compétences en informatique, Nicolas a ébauché le premier site Internet des JSA en 2010. Violaine Navarro, la chargée de communication, a ensuite repris les rênes de cet outil aujourd’hui devenu indispensable à la Maison de Quartier.

Puis sont arrivées les TAP (Temps d’Accueil Périscolaire) avec le changement des rythmes scolaires. Les animateurs ont eu l’occasion de tester de nouvelles activités lors de ces après-midi passées avec les enfants. «  Le LAB est né à ce moment, raconte Nicolas. Au début, je proposais des animations inspirées de ce que font les p’tits débrouillards comme des expériences scientifiques ou du bricolage sur bois. Ensuite, j’ai introduit l’informatique avec la programmation et la robotique ». Depuis, les TAP sont finies mais le LAB continue. Tous les mercredis pendant le CAL, les enfants peuvent s’initier ou se perfectionner en informatique ainsi que les jeudis soir et durant les stages proposés lors de certaines vacances scolaires. Corentin Loth a rejoint l’équipe du LAB et anime certaines de ces sessions LAB. « Bientôt, je réintroduirai les expériences scientifiques et le bricolage sur bois », annonce Nicolas.

Depuis deux ans, il porte une casquette en plus, celle de responsable sécurité des JSA. « Je dois vérifier que tout notre matériel est aux normes,  assurer la sécurité en cas d’évacuation, et ce, pour tous les sites de l’association ». On se doute bien qu’il a à cœur de protéger les JSA, « sa deuxième famille » : « La plupart de mes amis viennent d’ici, et depuis plus de trente ans, forcément, je me suis pris d’affection pour les personnes, les lieux, le quartier » !

 

Lire la suite
La reine des agrés
La reine des agrés

Elle ne pensait être que de passage, cela fait finalement 27 ans qu’elle est aux JSA ! Fabienne, la responsable du pôle gym, la bretonne des JSA, nous raconte son parcours…

« Je viens de Vannes. Je suis ensuite partie suivre mes  études de STAPS à Poitiers pensant devenir professeur de sport. En 1992, j’ai choisi de faire mon stage à Bordeaux car j’aimais bien cette ville. Les JSA m’ont accueillie pour un mois…Je ne suis finalement jamais partie et suis devenue éducatrice sportive » ! Marie-Noëlle Lopenague, la directrice de l’époque, avait en effet proposé à Fabienne un contrat d’apprentissage suite à son stage, ce qu’elle a accepté sans hésiter : « L’ambiance était tellement bonne ! Ce qui m’attirait aussi aux JSA, c’était la possibilité de vivre différentes expériences ». Egalement animatrice, Fabienne enchaînait les séjours et ses cours de gym rendant ainsi impossible une routine. «Aussi, précise-t-elle, ce qui est intéressant ici ce sont les échanges entre les différents intervenants que nous sommes. Pour préparer le gala par exemple, je travaille en collaboration avec les professeurs de l’école de musique. Ce sont toujours des projets communs et c’est une des richesses de cette maison » !

Un de ses meilleurs souvenirs, ce sont les échanges qu’elle organisait avec un club de gym breton. Cela a duré quatre ans. « Elles venaient aux vacances de Pâques et nous, nous y allions à la Toussaint, se souvient-elle. Des mamans de mes élèves d’aujourd’hui participaient à ces séjours » ! En 27 ans, Fabienne aura vu passer deux générations de gymnastes. « Je ne vois pas le temps passer ! Un jour, je donne un cours à des élèves de six ans et le lendemain, ils en ont 18 et je n’ai rien vu venir ! »

Elle-même a commencé la gymnastique à 6 ans et cette activité est rapidement devenue une passion qu’elle a su transmettre à ses trois filles, Morgane, Manaïg et Maëllen : « Elles ont commencé la gym aux JSA. Ce n’était pas évident de les avoir dans mes cours car j’avais du mal à les considérer comme des élèves ! J’avais tendance à être plus exigeante avec elles. Et puis ce n’est pas évident de transmettre sa passion à ses enfants, mais visiblement, j’ai réussi ! ». Aujourd’hui, ses trois filles sont de brillantes gymnastes qui évoluent au SPUC de Pessac. Toujours attachées aux JSA, elles rejoignent chaque fin de gala pour un véritable bouquet final qui coupe le souffle à tous les spectateurs ! « Le prochain se déroulera en 2020 précise Fabienne. Cette année, ce sont les maternelles qui feront leur spectacle le 25 mai »…un jour qui sera riche en émotion pour tout le monde ! « On reçoit tellement d’amour dans ce métier, tellement de reconnaissance. C’est une chance » conclut la prof de gym !

 

Lire la suite
De la compta au code binaire
De la compta au code binaire

Responsable administratif et financier des JSA, Philippe Bozzani est aussi le « Monsieur Informatique » des JSA. Rencontre avec un homme aux multiples casquettes !

« En septembre prochain, cela fera 23 ans que je suis aux JSA. Quand je suis arrivé, j’ai modernisé la compatibilité en mettant en place toutes les procédures en la matière. J’ai également développé le parc informatique, explique-t-il. Il faut dire qu’il n’y avait alors qu’un ordinateur ! On en a rapidement acheté un deuxième. Aujourd’hui, on en compte une vingtaine, tous les salariés ayant le leur ».

Engagé comme gestionnaire administratif et financier, Philippe a rapidement enfilé la casquette de responsable informatique. Il faut dire que les ordinateurs n’ont aucun secret pour lui : « C’est une passion depuis bien longtemps ! J’ai eu mon premier ordinateur au début des années 80.  C’était un commodor, puis j’ai eu un atari, le ZX81 et mon premier PC par la suite. Je me suis amusé à le démonter pour comprendre son fonctionnement et pour le bidouiller moi-même. J’aime comprendre comment fonctionnent les choses ». Même la mécanique n’a aucun secret pour ce Mc Gyver qui, au lieu de faire changer le moteur de sa voiture par un garagiste, a pris le temps durant deux années pour faire redémarrer sa voiture lui-même, démontant le moteur, commandant des  pièces en Angleterre. « C’est vrai que je suis un touche-à-tout, féru du DIY (NDLR : Do It Yourself) ».

Aux JSA, outre sa gestion du budget de l’association, ses compétences le poussent à optimiser tout ce qu’il peut notamment le logiciel de gestion des adhérents qu’il a su faire évoluer au fil des années pour le rendre plus intuitif et facile d’accès. Bientôt, c’est le « fullweb » qui va être mis en place : « Avec ce nouveau système, les adhérents pourront s’inscrire en ligne, régler leurs factures, imprimer celles-ci. Les animateurs pourront mettre à jour les fiches de présence des enfants plus facilement. Cela va être une petite révolution dans le fonctionnement administratif de la Maison de Quartier ». Une petite révolution qui verra bientôt le jour !...

 

Lire la suite
Des chiffres et des lettres
Des chiffres et des lettres

Aux JSA, il y a les têtes connues, celles que l’on croise tout le temps et il y a ceux dans l’ombre, nichés dans les bureaux tout là-haut. On ne les voit pas mais sans eux, la « boutique » ne tournerait pas.  C’est le cas de Maryline, la responsable des ressources humaines. Rencontre avec celle qui jongle avec les chiffres et les lettres de la Maison de Quartier.

Quand on arrive aux JSA en tant que salarié, c’est une des premières personnes que l’on rencontre. Maryline est celle avec qui on relit son contrat, c’est aussi elle qu’on va voir pour caler ses congés. Sa douceur et sa bienveillance font de ces moments qui demande pas mal de concentration, des rendez-vous finalement sereins. Cela fera bientôt trente ans qu’elle nage avec rigueur et organisation parmi les nombreux dossiers administratifs des JSA : « Quand je suis arrivée en 1991, j’étais seule à ce poste. Il n’y avait qu’un ordinateur et une machine à écrire électronique, raconte-t-elle. On se les disputait avec ma voisine de bureau, Anne-Marie ! Les payes mais aussi les déclarations annuelles de salaires auprès de l’URSSAF se faisaient sur papier. J’y passais des heures » ! En 1995, ce fût le soulagement avec l’arrivée de l’informatisation. En 1996, la charge de travail de Maryline s’est allégée avec l’arrivée de Philippe Bozanni : « Il a pris en charge la partie comptable et je gardais tout le volet social, précise-t-elle. Mais quand il est arrivé, nous ne savions pas que nous avions recruté un homme deux en un : comptable et informaticien » ! En effet, depuis, Philippe porte toujours la casquette de « monsieur ordinateur » aux JSA (NDLR : portrait à venir dans une prochaine newsletter). Enfin, c’est Rémy qui a rejoint la troupe en 2015 pour prendre en charge une partie du travail de Philippe et Maryline. « Quand je suis arrivée aux JSA, nous n’étions qu’une quinzaine de salariés ». Aujourd’hui, ils sont une centaine d’où la nécessité d’avoir renforcé l’équipe administrative !

« Avant de rejoindre les JSA, je travaillais dans le milieu de l’entreprise. J’ai été un peu désorientée en arrivant ici car je ne connaissais pas l’ambiance associative. C’était très détendu, se souvient-Maryline. Aujourd’hui, même si les JSA ont su conserver leur état d’esprit associatif avec une humanité certaine, l’association ressemble plus à une petite entreprise. Ces dernières décennies, le nombre de salariés, d’adhérents et d’activités proposées a explosé  ».

Quand elle n’est pas aux JSA, Maryline s’éloigne des écrans d’ordinateurs et de sa calculatrice pour se balader ou pour coudre : « Pendant des années, en dehors du travail, je m’occupais beaucoup de mes enfants devenus grands et autonomes maintenant… Aujourd’hui, je profite de mon temps libre » !

 

Lire la suite


Actualités



Evènements

  • Du côté des stages de GYM

    Retrouvez en vidéo nos stages de GYM JSA ! Stages pour les 6-16 ans pendant les vacances scolaires  

  • Aïkido

    Saison 2019/2020 Aïkido Iaïdo – ken jutsu Unir l’énergie vitale dans un mouvement efficace et dynamique. Une pratique ouverte à ...

  • Infos de rentrée

    Horaires Accueil (Hors vacances scolaires) Lundi   14H00 - 18H30 Mardi 08H45 - 12H15 14H00 - 18H30 Mercredi ...


Tous les évènements