Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Culture

Le LAB prend racine.
Le LAB prend racine.

Après le succès des stages et ateliers, le LAB va développer son offre dès le mois de septembre. Bricoleurs et apprentis informaticiens, nous vous donnons rendez-vous !

Durant la saison 2016/2017, trois petites lettres ont fait leur apparition dans la sphère de la Maison de Quartier : LAB…comme LABoratoire des bonnes idées ou encore LABoratoire de découvertes en tout genre. Nico, à la tête de ce projet, a initié de jeunes curieux à l’univers de la robotique, de la programmation informatique mais aussi au bricolage sur bois. A l’occasion des TAP (temps d’activités péri-éducatives) du CAL (Centre d’Accueil et de Loisirs) et de stages organisés durant les vacances scolaires, l’animateur a su constituer un noyau dur  de « fans du LAB ». Une soirée organisée autour de ce projet a même attiré de nombreux adhérents curieux de découvrir l’imprimante 3D, le robot Thymio ou encore la fabrication express d’un fauteuil en bois de pallettes.

Pour la saison 2017/2018, le LAB va désormais proposer des ateliers bi-mensuels. Les plus jeunes, de 8 à 13 ans, découvriront la programmation avec le logiciel Scratch. Ils auront la possibilité  de poursuivre un projet personnel de programmation ou de retro-gamming tout au long de l’année. Lors de stages et d’ateliers en TAP, les enfants s’initieront à l’arduino, le drone ou encore la robotique.

Les adultes auront également un rendez-vous mensuel : atelier nouvelle technologie et atelier de réparation de petit éléctro-ménager seront au programme. Puis quand viendront les beaux jours, un atelier printanier proposera une journée atelier-cycle, brico-bois et jardinage à l’espace Maître Jean où tous les participants casseront la croute ensemble dans le jardin.

Le LAB et JSA : six lettres désormais associées à St Aug !

Lire la suite
Rentrée 2017/2018 : du nouveau du côté de l’école de musique !
Rentrée 2017/2018 : du nouveau du côté de l’école de musique !

Mini-orchestre, mini-conservatoire, chorale pop-rock et nouvel atelier, l’école de musique apporte son lot de nouveauté pour démarrer l’année.

Mini-conservatoire
Ouvert aux enfants débutants de CP-CE1, ce cours proposé par Michaëla invitera les petits musiciens à découvrir la flûte, le piano et le solfège ensemble. Cet apprentissage, adapté aux jeunes débutants, les initiera à la musique en douceur.

Mini-orchestre
Les petits musiciens qui ont déjà une pratique de leur instrument se retrouveront autour de Michaëla pour apprendre à jouer ensemble. La professeure réécrira les partitions des morceaux au programme pour les adapter à ses jeunes élèves.

Chorale pop-rock
Vous en avez marre de fredonner tout seul les grands tubes de Queen ou du film « Lalaland » ? Rejoignez la nouvelle chorale pour adultes! Sylvie vous initiera à la pratique du chant grâce à des chansons du répertoire pop-rock et vous préparera à quelques représentations. Rendez-vous les lundis soirs de 20h30 à 21h45.

Un nouvel atelier
Vous les avez peut-être vus lors des concerts de l’école de musique : les groupes des ateliers des JSA ont déjà une sacrée présence scénique ! Tous les mercredis et jeudis soirs de l’année, ils se retrouvent autour de Stéphane pour apprendre à jouer en groupe (le mercredi pour les ados et le jeudi pour les adultes). Bonne nouvelle : un nouvel atelier va s’ouvrir cette année le mercredi !

Lire la suite
« Un spectacle digne du Fémina »
« Un spectacle digne du Fémina »

Tous les deux ans, les professeurs de danse et leurs élèves se concentrent sur cette soirée, aboutissement de plusieurs mois de travail et d’heures de répétition. Pour cette édition 2017, le gala de danse aura su éblouir les spectateurs et enchanter les danseurs.

« C’était trop bien ! » annonçait enthousiaste la petite Lorette, 4 ans ½, en sortant de scène ce samedi 24 juin aux alentours de 22h30…Malgré la fatigue et après quelques heures emplies de trac et d’excitation, ce sont avec des étoiles plein les yeux que les danseurs ont quitté le Fémina.

Tout a débuté dès 10h avec la répétition de danse classique…ou plutôt : tout a débuté en septembre 2016 ! Le gala était déjà dans tous les esprits au début de la saison. Ce samedi 24 juin était la date tant attendue. Karine et ses élèves de danse classique ont débuté la journée à 10h par une répétition générale au théâtre Fémina. L’après-midi, Chantal a pris le relais avec ses danseurs de modern’jazz. Une fois les derniers pas peaufinés, les costumes parfaitement ajustés et les éclairages calés, le gala pouvait commencer. A 19h30, tous les danseurs des JSA se sont retrouvés dans les loges du théâtre Fémina. Les animateurs de la Maison de Quartier étaient venus en renfort pour aider les plus petits à enfiler leurs costumes et à ajuster leur coiffure. Une chaleur assez étouffante régnait dans les loges, ce qui n’aidait pas la pression à retomber… Une ambiance mêlant trac et excitation dominait les lieux avant l’entrée sur scène!...

Tous en scène !

20h 30 : avant le lever de rideau, Thierry Foucaud, directeur des JSA,  a tenu à remercier les professeurs et tous ceux qui ont œuvré pour ce spectacle. Puis, le gala a commencé... Pour cette édition 2017, c’est la danse classique qui ouvrait le bal. C’est dans une ambiance féérique que le public a embarqué, avec une lumière bleutée, ponctuée de petites boules lumineuses portées par les danseuses. Pendant la partie classique, les danseurs de modern’jazz assistaient au spectacle depuis le premier balcon, chouchoutés par les animateurs des JSA qui étaient au petit soin avec eux, leur apportant régulièrement un verre d’eau pour les désaltérer. Au bout d’une heure, une fois la partie classique terminée,  les danseurs se sont relayés. La partie modern’jazz a pris possession de la scène : au fond, assises sur des chaises, les petites danseuses de moyenne et grande section se tenaient bien droites, les mains croisées pendant qu’une de leurs aînées dansait devant elles, portée par la voix de Sylvie, professeur de chant des JSA. S’en est suivi une heure de spectacle conclu par un final grandiose empreint d’émotion.

Karine et Chantal auront su mettre en valeur le talent de leurs danseurs : « C’était la première fois que ma fille participait au gala, raconte une maman. Je ne m’attendais pas à un spectacle aussi structuré et professionnel ! Tout était fluide. C’était un spectacle digne du Fémina » ! Les professeurs sont tout aussi enthousiastes et fières de leurs élèves : « Je n’en reviens pas, s’exclamait Chantal, quelques jours après le gala. Autant de bonheur à danser ! ». Les professeurs auront accompli leur mission : transmettre leur passion et offrir un spectacle à la hauteur des lieux. Rendez-vous dans deux ans maintenant !

Retrouvez l'intégralité des photos du spectacle ici ! 



 

Lire la suite
Complicité et émotion pour le concert de fin d’année
Complicité et émotion pour le concert de fin d’année

Le trac s’est installé petit à petit en ce mercredi 31 mai. A quelques heures de leurs prestations, des élèves de l’école de musique se sont confiés. Puis le spectacle a commencé après quelques péripéties !...

Petit point météo, mercredi 31 mai à 14h : on annonce des risques d’orages. Le doute s’installe alors dans toutes les têtes. La scène est installée dans la cour de la Maison de Quartier. Faut-il maintenir ou non le spectacle à l’extérieur ? Nouveau point météo une heure plus tard sur un site destiné aux agriculteurs sensé être plus précis et fiable. Le risque de pluie et d’orage chute à 10%. Le concert se tiendra dehors, c’est décidé ! Tout le matériel est alors installé et les câbles serpentent le sol de la cour.

Pendant ce temps, au centre d’accueil et de loisirs, Oriane joue tranquillement avec ses amis. Pourtant, l’idée d’être sur scène le soir même trotte dans sa tête : « Je suis les cours de chants de Sylvie depuis le mois de janvier dernier. Ce soir, avec Mathilde, nous allons chanter « jour 1 » de Louane. J’ai un peu le trac ! Mais pour me détendre, j’ai mon hand-spiner ». De leur côté, Louise et Emma préparent leur prestation avec complicité et détente. Emma, chanteuse d’un des groupes de l’atelier, est heureuse de partager la scène avec son amie : « C’est un nouveau groupe cette année, alors je suis un peu stressée car j’étais habituée aux autres musiciens ! Mais je chante avec Louise et elle me booste ». Sa copine ne la contredit pas : « Moi aussi, ça me booste de chanter avec Emma ! Je chante moins fort sans elle ».

Une météo capricieuse…
Mais aux alentours de 17h, le déluge redouté s’abat sur St Aug. Une longue pluie torrentielle ruine tout projet de concert en extérieur. Alors ni une, ni deux ! A peine une heure avant le début annoncé du concert, toute l’équipe se mobilise pour déménager le matériel dans l’enceinte du foyer. Le public arrive petit à petit, remplissant la salle dont on aimerait pousser les murs pour l’occasion. Avec un retard difficilement évitable, le concert commence pour le plus grand bonheur et soulagement de tous !

Des prestations réussies
Beaucoup d’émotion a envahi la salle comme ce duo entre la mère et la fille : Justine au piano et sa Christine à la flûte traversière ont interprété « Silicienne » de J-S Bach avec une tendre complicité. Les chorales dirigées par Sylvie et Mathieu ont su attendrir le public, les petits chanteurs faisant preuve d’un enthousiasme communicatif ! Puis Auriane a chanté « Skinny love » accompagnée d’Alexane au piano. La voix de la chanteuse associée à son aisance sur scène ont impressionné le public…Peut-être ont-ils assisté à la représentation d’une future candidate à « the Voice Kid » ? Oriane et Mathilde ont ensuite chanté « jour 1 » de Louane avec une assurance et un talent qui ont exalté le public. Et il y a eu les prestations des groupe d’ado qui, malgré leur trac, ont réussi leur passage sur scène : « C’était super Angèle, annonce une de ses amies, je voulais te le dire ! ». C’est bien la complicité et la solidarité qui animent les relations entre tous les membres de l’école de musique.

Rendez-vous l’année prochaine en espérant que la météo sera complaisante !

Lire la suite
Un nouveau prof de guitare
Un nouveau prof de guitare

Parti vers d’autres horizons musicaux, Guillaume n’enseigne plus la guitare aux JSA, c’est Alexandre qui a pris son relais. Rencontre avec la nouvelle tête de l’école de musique.

« J’avais 15 ans quand j’ai commencé la guitare. Je prenais des cours collectif à l’école de musique de St Médard ». Aujourd’hui, les rôles se sont inversés. Cela fait une quinzaine d’années qu’Alexandre a endossé le rôle de professeur de guitare. « J’ai commencé à enseigner en région parisienne, là où j’ai suivi mes études de musique ». Alexandre est revenu dans son sud-ouest natal avec une collection de diplômes impressionnante : après être passé au CIM de Paris (équivalent du CIAM à Bordeaux, Centre International des Musiques), puis aux conservatoire de Colombe et de Cergy, il a obtenu  un diplôme de solfège, un diplôme de guitare jazz, un diplôme d’arrangement et orchestration, un autre de direction de groupe et composition et enfin, un diplôme de déchiffrage ! « Quitte à se déplacer jusqu’à Paris, il fallait bien que je rentabilise » argumente modestement Alexandre !

Sa spécialité, c’est le jazz, mais il ne compte pas pour autant imposer sa passion à ses élèves : « Je m’adapte à eux. Mon objectif est de leur apprendre les bases comme bien tenir leur guitare. Aussi, s’ils souhaitent un jour s’initier à un autre instrument, je trouve ça bien de leur apprendre à lire les notes. Mais si un élève déteste la lecture de notes, alors on fera de la musique autrement. Le but est qu’ils soient intéressés. Ici, on apprend la musique par loisir, il n’y a pas d’examen ni de sélection. On se cale au rythme de l’élève » explique le nouveau professeur de guitare.

Parmi la vingtaine d’élèves que compte Alexandre, beaucoup ont appris la guitare avec Guillaume, son prédécesseur : « C’est un copain avec qui je joue régulièrement ! On a la même approche de la musique ». Les élèves de Guillaume ne seront donc pas trop bouleversés et pourront même garder un contact indirect avec leur ancien professeur : « Guillaume était très attaché à eux, précise Alexandre. Il me demande de leurs nouvelles » ! La passation de relais se fait donc en douceur, telle une partition de jazz cool.

Le top 3 musical d’Alexandre :
Pat Methény
Franck Zappa
Kenny Wheeler (trompettiste canadien qui mérite d’être  connu selon Alexandre !)

Lire la suite
Ce n’est qu’un au revoir !
Ce n’est qu’un au revoir !

Cela faisait presque dix ans que Guillaume enseignait la musique aux JSA.
Intervenant en éveil musical dans un premier temps, il a ensuite sorti sa guitare pour enseigner la gratte jusqu’à la fin de la saison dernière.
Une opportunité professionnelle l’a poussé à quitter l’école de musique des JSA, non sans émotion.


Quelle a été la raison de ton départ?
J'ai été contacté mi-juin par Thomas Saint-Laurent, le coordinateur et professeur de guitare du département Musiques Actuelles de l'Ecole de Musique Municipale -EMM- de Gradignan. L'ancien professeur de guitare basse, Félix Lacoste, un ami, quittait son poste, et comme j'avais déjà été de jury là-bas, et qu'ils avaient la volonté de travailler en toute complicité et efficacité avec quelqu'un qu'ils connaissaient, ils ont pensé à moi.
Engagé sur le papier pour la rentrée 2017 avec mes élèves et les JSA, j'ai d'abord poliment refusé... pour me rendre compte assez vite que des postes semblables, dans une structure qui offre une telle dynamique musicale -presque 600 élèves, et une trentaine de professeurs- était une opportunité qui ne se représenterait peut-être pas.
 
Est-ce que cette décision a été difficile à prendre?

D'un point de vue Sentiments & Code Moral de la Chevalerie, oui, définitivement! Il est très délicat pour moi d'avoir l'impression de me désengager, auprès de mes chouettes élèves et collègues, un peu au dernier moment... d'où ma satisfaction d'avoir pu assurer sans trop de dégâts la transition et d'être remplacé par Alex, un ami et super musicien avec lequel je travaille régulièrement.
D'un point de vue strictement professionnel et rationnel... j'ai beau être sentimental, c'était sans doute la décision à prendre, en toute logique.

Quels souvenirs garderas-tu des JSA?

Que des très bons, dans l'ensemble, car les premiers datent de mon enfance et des mercredis matins où il fallait mettre son ticket de cantine dans la gueule d'un Lion en carton-pâte!!!...
Trois périodes, en fait : les mercredis en primaire, puis l'école de musique et son atelier terrible du jeudi soir, entre 16 et 20 ans -belle histoire de rock et d'amitié!!! Et enfin, mes balbutiements, confirmés avec le temps, de jeune prof de guitare / basse, les belles complicités avec certains élèves et parents, les spectacles et bouffes avec les collègues, mes mercredis dans le bureau-boudoir musical de Cathy, la pause déjeuner avec la fraicheur jamais mise à mal de nos collègues de danse et gym... Plein de souvenirs, plein!!!

Vas-tu garder contact avec certains de tes anciens élèves?
Dans ce genre d'affaires, il faut être actif des deux côtés pour que le contact se garde! Nos vies sont faites de plein de rencontres que l'on aurait aimé prolonger, ne serait-ce que par quelques nouvelles, et que le temps nous fait pourtant bien involontairement mettre de côté... pour autant, je reste un philosophe positif, Bordeaux n'est pas bien grand, et malgré mes courses musicales multiples, il y aura toujours un peu de place pour nos échanges, s'ils le désirent. J'ai récemment pu partager un déjeuner avec une élève qui rentrait en prépa, par exemple, car elle n'avait pas pu se rendre au gouter d'adieu. Et je me dis qu'il y aura d'autres occasions...
J'ai eu pas mal de demandes des parents pour être sollicités lors des concerts de mes divers groupes... c'est une façon de garder le contact qui peut coller à la vie d'un musicien hyperactif!
En tout cas, je n'oublie aucun de ces élèves, car même lorsque la musique fonctionne un peu moins bien, le cours individuel reste un échange privilégié, pour le pédagogue qui le vit.

Qu'est-ce que ton passage aux JSA t'a apporté? As-tu appris ici à peaufiner ta manière d'enseigner? Si oui, comment?
Ces années aux JSA, cumulées à mes cours sur Saucats, où j'enseigne toujours, ont été un formidable laboratoire de méthodologie, de formation personnelle, à la fois sur le tas et dans l'observation de mes collègues. Elles m'ont permis de trouver mes axes d'enseignement, comment les assouplir parfois, et comment transmettre ma passion en admettant la vitesse d'apprentissage de chacun, faire comprendre la nécessité d'un travail soutenu et attentif tout en restant bienveillant.
J'ai pu bénéficier d'une réelle complicité de quelques parents assez impliqués dans cette tâche, ainsi que d'une vraie liberté pédagogique.
Et puis, se mettre à la place des élèves renvoie toujours le professeur à son propre vécu de musicien, jusqu'à parfois profondément modifier sa pratique personnelle... on progresse sur absolument tous les plans, lorsque l'on est libre d'essayer de bien faire et de partager!

Expression libre...si tu as un message à faire passer, c'est le moment !
Je vais bien sûr en profiter pour saluer et remercier tous les membres de l'équipe des JSA auxquels je n'ai pas pu faire mes adieux "dans les règles", en chair et os ou par écrit.
C'est une belle Maison, qui fonctionne grâce à l'envie du vivre ensemble et du partage de nos passions, qu'elles soient sportives, culturelles ou artistiques. Cet objectif est bien sûr en premier lieu dévolu au quartier de St Augustin, où j'ai grandi,  mais il a sans doute une portée bien plus universelle, dans cette idée profondément sociale qu'il y a et qu'il y aura toujours à "faire ensemble". Merci à tous pour rendre cela possible, bénévoles, salariés, anims, intervenants... Croyez-le, même si je m'en vais, On y est bien, et ce n'est pas un hasard!
A bientôt, Bordeaux n'est pas grand... et mes jambes m'emmèneront encore bien des fois fouler le trottoir de la rue des Peupliers!

 

Lire la suite
Une fête de la musique bis aux JSA
Une fête de la musique bis aux JSA

Mercredi 22 juin, quelques heures après la fête de la musique, les JSA ont prolongé la partition avec le dernier concert de l’année de l’école de musique.

Dans la cour de la Maison de Quartier, une scène d’envergure était installée pour accueillir les musiciens des JSA avec un système aussi convivial que performant pour protéger les musiciens du soleil : de bons parasols portés par les professeurs eux-mêmes !

La chorale des adultes n’a pas « traîné les pieds » pour monter sur scène et interpréter brillamment la chanson du même nom d’Olivia Ruiz ! Quant aux plus petits chanteurs, portés par leur enthousiasme, on ne pouvait presque plus les arrêter et ils ont enchaîné quelques couplets en rab malgré les grands signes de leur professeur Sylvie ! Saxophones, piano et solos de batterie se sont enchaînés ensuite sous un soleil de plomb qui n’a pas pour autant arrêter les artistes, heureux de montrer au public leur dernières performances.

Freddy Mercury ne s’est sûrement pas retourné dans sa tombe car la reprise de « another one bites the dust » par les jeunes de l’atelier était particulièrement remarquable tout comme les autres morceaux qu’ils ont choisi.

Bref, le quartier St Augustin a eu le droit à une fête de la musique bis qui a su prouver tout le talent des musiciens made in JSA !

Lire la suite
« Les JSA, c’est ma deuxième maison »
« Les JSA, c’est ma deuxième maison »

Professeur de danse modern-jazz aux JSA depuis 2007, Chantal déborde d’enthousiasme quand il s’agit de parler de son métier. Rencontre avec la Pina Bauch de la Maison de Quartier.

Parfois, on a vraiment l’impression que le destin nous déploie le tapis rouge. C’est ce qui semble être arrivé à Chantal, la professeur de danse modern-jazz des JSA : « Mon mari et moi habitions Angers où j’enseignais la danse. Pour des raisons professionnelles liées à mon mari, nous avons dû déménager en 2007 pour nous installer à Bordeaux. J’étais à la recherche d’un emploi. Et là, j’ai eu un vrai coup de chance ! Le professeur de danse modern-jazz des JSA partait justement s’installer à Angers ! J’ai donc pris sa place ».

Cela fera bientôt dix ans que Chantal enseigne sa passion à la Maison de Quartier : « Les JSA, c’est ma deuxième maison ! J’adore l’ambiance. Je passe une partie de ma vie ici » raconte-t-elle.  « Avec Karine (NDLR : professeur de danse classique) nous formons un parfait binôme. On s’entend vraiment très bien. En plus, nous travaillons dans des conditions optimales : notre studio a quasiment la taille d’une scène de théâtre, c’est une belle salle ! Je suis passionnée par ce que je fais ». L’enthousiasme de Chantal contribue au succès de ses cours : « Je suis en osmose avec mes élèves. J’essaie de leur insuffler ma passion. Quand on entre dans le studio, on laisse ses soucis et ses pensées derrière la porte, on oublie tout. On ne pense qu’à danser ». Une recette qui semble fonctionner car, une fois les chaussons de danse rangés aux vestiaires, les élèves ont du mal à quitter les JSA, préférant prolonger le plaisir d’être ensemble.

 « Je leur enseigne la danse avec une main de fer dans un gant de velours» précise celle qui a côtoyé les plus grands : « J’ai eu l’immense chance de rencontrer Walter Nicks. J’ai suivi l’école qu’il a ouverte en France, inspirée des formations américaines. On avait des stages à Londres, c’était formidable. J’ai aussi été formée au CNDC d’Angers à l’époque où Viola Farber en était la directrice ». Aujourd’hui, la professeur est toujours une élève : « Je continue à prendre un cours de danse classique par semaine. Je suis une folle de la barre classique ! Et on n’évolue pas sans ces bases ».

Actuellement, Chantal et ses élèves préparent le spectacle « Méli-mélo » qui clôturera les 4 jours de la manifestation « Dedans, dehors ».
Rendez-vous donc le 30 avril dans la salle des peupliers pour voir sur scène les chorégraphies de Chantal et ses élèves.

 

Lire la suite
L’équipe de l’école de musique des JSA : une partition joyeuse et harmonieuse
L’équipe de l’école de musique des JSA : une partition joyeuse et harmonieuse


Depuis 30 ans, les ballons de basket et de volley côtoient les instruments à cordes, à vent et le piano. La Maison de Quartier a sa propre école de musique qui se situe au deuxième étage du bâtiment A ; un étage où les notes de musique flottent, quasiment tous les jours.

 

Cathy est la responsable de cette école : « Je m’occupe des cotisations, je fais le lien entre les élèves et les profs, je gère leurs plannings et je coordonne tout le monde lorsqu’un spectacle se prépare ». Un travail qui demande rigueur et organisation que Cathy exerce avec un plaisir certain, les intervenants formant une joyeuse bande : « C’est une équipe parfaite. Ils sont soudés et ont l’habitude de travailler ensemble ». Cette équipe est constituée de Stéphane à la batterie, d’Alain et Guillaume à la guitare et à la basse, de Nathalie au saxophone et au violon, de Guy au piano, de Mickaëla au piano et à la flûte, de Marie-Louise au chant, de Sylvie également au chant, mais aussi à la chorale et à l’éveil musical et de Mathieu au piano, « lui, c’est un peu notre bébé ! C’est le plus jeune », précise Cathy. La majorité des profs de musique sont là depuis des décennies. C’est aujourd’hui une vraie famille dont voici le portrait des aînés :

Stéphane : professeur de batterie
 « Je suis arrivé aux JSA dans les années 90. C’était le prof de guitare qui m’avait proposé de faire quelques interventions scolaires et de donner des cours de batterie. Depuis, à part pour aller en tournée avec des groupes, je ne suis jamais parti des JSA ».  C’est donc une grande histoire qui lie la Maison de Quartier avec son prof de batterie, Stéphane. Il porte aussi la casquette de chef d’orchestre pour les spectacles régulièrement organisés ici : « Je propose les morceaux et après, on se met d’accord avec les différents intervenants musicaux et les profs de danse ». Ce qu’apprécie Stéphane, aux JSA, c’est la liberté qu’on lui accorde pour la mise en place des spectacles : « Il y a une grande souplesse. Cathy est toujours partante et elle sait défendre nos projets. On arrive à se mettre d’accord à chaque fois ». Quant à ses élèves, il les a vus grandir et évoluer : « Certains se sont lancés dans le jazz. J’en ai un qui fait de la radio aujourd’hui, il est à NRJ à Paris ». En dehors des JSA, Stéphane pratique son métier de musicien à travers de nombreux groupes : « Je fais partie d’une dizaine de groupes dont un de soul-funk avec une bande de potes.  Je suis aussi le batteur de Martial, un ancien candidat de la Nouvelle Star. Et puis je joue avec un groupe de latin-jazz, un autre de zouk… Je pars régulièrement en tournée. C’est parfois difficile de jongler avec tous ces emplois du temps ! Quand il faut, je me fais remplacer ».
Son TOP 3 musical :
- Prince (« Je suis fan depuis toujours »)
- Jamiroquaï
- Stevie Wonder

Alain : professeur de guitare et basse
« Je jouais déjà dans un groupe avec Stéphane. Il m’a dit que les JSA cherchaient un intervenant  en guitare. C’était en 1991 ». 25 ans plus tard, Alain est toujours là ! La fidélité est une qualité commune aux musiciens des JSA ! « Au départ, je ne pensais pas rester si longtemps, précise Alain. Mais au fur et à mesure, il y a eu de plus en plus d’élèves ». Parmi eux, Guillaume. L’autre professeur de guitare qui s’était initié à la gratte avec Alain : « On est devenus amis depuis ! Je lui ai proposé de donner également des cours de guitare car je me suis retrouvé avec trop d’élèves ». Alain intervient également les mercredis soir lors des ateliers : « On drive les jeunes pour qu’ils jouent en groupe. Ils ont en moyenne 16-17 ans. Ça leur apprend à s’écouter  et à découvrir le plaisir de jouer ensemble ». Et ça, Alain connaît bien. Actuellement, il fait partie de deux groupes de musique : « Il y a les King Cool. Avec eux, on fait des reprises de variété. C’est une bande de potes depuis longtemps ! Et je joue aussi avec Iphone, un groupe de reprises de Téléphone ». 25 ans donc qu’Alain enseigne le plaisir de gratter aux JSA! Un regret cependant : « On manque d’élèves en basse. Tout le monde veut faire de la guitare, mais pourtant, la basse est aussi un instrument super ! » A bon entendeur !...
Son TOP 3 musical :
- Jimmy Hendricks
- Les Beatles
- King Crimson

Nathalie : professeure de saxophone et violon.
Si vous voyez une grosse moto garée devant les JSA les lundis soir et jeudis après-midi, dites-vous que c’est probablement celle de Nathalie ! Cette femme est inclassable : motarde aux airs de rockeuse, elle aime autant Dvorjak que « Christine and the Queen » et joue aussi bien du violon que du sax ! Depuis 1993, elle enseigne ces deux instruments à la Maison de Quartier : « C’est une élève d’ici qui m’avait contactée car le prof de sax partait. Je suis venue le remplacer et quelques années après, c’était le prof de violon qui partait à son tour. J’ai pris son relais. Il s’agissait de Patrick. Je le connaissais bien puisqu’il avait été mon chef d’orchestre lorsque j’étais au conservatoire de Pau ». Nathalie est donc passée par cette institution mais également par le CIAM de Bordeaux (Centre d’Intervention et d’Animation musical). « Je suis heureuse d’enseigner ici car j’ai beaucoup de liberté, apprécie Nathalie. Mon but, c’est de faire aimer la musique à mes élèves tout en leur apprenant. Pour cela, je m’adapte à leur demande. Il y a un vrai échange entre eux et moi. Ça me permet de me remettre en question parfois, explique la musicienne. Quand un élève m’apporte un morceau, je me dis, tiens !? Il y a quelque chose à faire avec ça ! Et je jongle entre la musique moderne et la musique classique. Ici, le champ est libre car on nous fait confiance ». En 23 ans, Nathalie  en a vu passer des apprentis saxophonistes et violonistes ! « J’ai des élèves un peu partout dans le monde ! Il y en a à Paris, à Montréal ou encore à la Réunion ! Grâce aux réseaux sociaux, je garde contact avec eux. »
Son TOP 3 musical :
« Difficile à établir car il évolue constamment », précise Nathalie qui cite, après réflexion :
- Olivia Ruiz
- Christine and the Queen
- Grieg
- Dvorjak
- Renan Luce pour sa façon d’écrire…Le TOP 3 se termine en TOP 4 !

Guy, professeur de piano.
Avec sa voix douce et sa barbe grise, Guy a des airs de grand sage empreint de bienveillance. Pas étonnant que ses élèves ne le lâchent pas si facilement : « J’ai eu des élèves pendant 10 à 12 ans ! Il y a une vraie relation de confiance qui s’instaure entre nous », constate le pianiste. Tout comme ses collègues de l’école de musique, Guy est resté fidèle à la Maison de Quartier. « Je suis arrivé en 1996. A l’époque, j’étais accompagnateur au conservatoire. Comme les JSA cherchaient un professeur de piano, le conservatoire m’a envoyé ici (NDLR : les JSA étaient une annexe du conservatoire à cette période) ». Ce qu’il apprécie, tout comme ses confrères, c’est la liberté dont  il peut jouir en intervenant à la Maison de Quartier : « Ici, on n’a de comptes à rendre à personne. Il n’y a pas d’examens. Un élève peut jouer le même morceau pendant deux ans, personne ne lui dira : « bah alors ? Tu n’en es que là ? Chacun progresse à son rythme, on ne répartit pas les élèves par niveaux », explique Guy. Et pour encourager la réussite de ses élèves et leur donner plaisir à jouer, le professeur les invite à jouer leurs morceaux favoris : « Quand ça vient d’eux, ils sont encore plus motivés. Mais je reste là pour leur faire découvrir ce qu’ils n’entendent pas forcément tous les jours » !
Son TOP3 musical :
- Schumann
- Ravel
- Debussy

Guillaume, professeur de basse et guitare.
Guillaume a commencé à fréquenter les JSA à peu près à la même période que ses collègues, mais pas pour les mêmes raisons ; question de génération : « Je venais au centre de loisirs les mercredis. On entendait les cours de batterie qui rythmaient nos après-midi, se souvient-il. L’étage de l’école de musique, c’était un espace un peu mystérieux ! » Aujourd’hui, cet étage n’a plus aucun secret pour Guillaume qui y enseigne la guitare et la basse depuis 2008 (dont un an passé à l’éveil musical) : « J’ai commencé la guitare vers 16 ans aux JSA. Je prenais alors des cours avec Alain. Je venais aussi à l’atelier du mercredi soir pour me former à la musique en groupe ». Une relation amicale s’est instaurée entre Alain et Guillaume : « C’est lui qui m’a incité à poursuivre dans le domaine de la musique. Il a trouvé les bons mots pour que je me décide ». C’est ainsi que Guillaume a laissé tomber ses études scientifiques pour devenir musicien : formation professionnelle à Nancy, une autre au CIAM de Bordeaux, un passage au conservatoire, un autre en fac de musicologie et le voilà aujourd’hui professeur de guitare : « J’ai commencé en donnant quelques cours à des copains de fac. Puis Alain s’est retrouvé un peu débordé par son nombre d’élèves. Alors j’en ai pris quelques-uns, 4-5h au début puis 15h ! Il y a eu une sorte de boum dans le nombre d’inscrits ces dernières années ».

Son TOP 3 musical :
- Jimmy Hendricks
- Claude Debussy
- Jaco Pastorius

Et le top 3 musical de Cathy :
- Queen
- Cartel de Santa
- la musique antillaise et sud-américaine

Lire la suite
Gala de danse
Gala de danse

Quel magnifique gala de danse au théâtre Fémina !

Lire la suite


Actualités



Evènements

  • Un moment tant attendu !

    Tous les deux ans se tient le gala de danse des JSA. Un spectacle grandiose attendu autant par les professeurs, les élèves et leurs parents ! ...

  • Pratiquer son sport malgré sa maladie ou son handicap.

    Difficile de trouver un lieu adapté pour pratiquer son sport quand on souffre d’une maladie chronique, d’obésité ou encore d’handicap. ...

  • Portes Ouvertes Vovinam Viet Vo Dao

    Afin de répondre aux demandes toujours plus nombreuses et de vous faire découvrir la richesse de notre art martial, la section Enfant Vovinam Viet-Vo-Dao ...


Tous les évènements