Nous suivre sur Facebook 05 56 98 45 05

Toutes les actualités

Médoc Optique, un nouveau partenaire 100% St Augustin
Médoc Optique, un nouveau partenaire 100% St Augustin

Louis Fontan est un enfant de St Augustin. Alors quand il a souhaité ouvrir sa propre boutique de lunetterie, s’installer rue Jenny Lepreux était autant un rêve qu’une évidence. Un rêve qui s’est réalisé en juin 2020…

« J’ai grandi ici avec mes trois sœurs. Nous étions élèves à l’école Flornoy et adhérents aux JSA, notamment pour le Centre de Loisirs. J’ai aussi participé à plusieurs colonies de vacances » se souvient nostalgique l’opticien. Cela fait huit ans qu’il pratique ce métier. C’est l’enseigne Médoc Optique qui l’a employé dès ses débuts. « Il s’agit d’un commerce indépendant qui date de 1962. Il y a six boutiques réparties dans la métropole. Avant, je travaillais pour celle du Bouscat, explique Nicolas. Médoc Optique est une enseigne locale et familiale soucieuse d’être présente au cœur des quartiers. J’ai rapidement souhaité m’installer à St Augustin. Alors lorsqu’un local s’est libéré rue Jenny Lepreux, j’ai sauté sur l’occasion ». 

Retour aux sources 

Quand Louis était petit, il fréquentait le magasin qui se tenait en lieu et place de son enseigne. « Il s’appelait Ali Baba, c’était un magasin de jouets où j’allais souvent ». Aujourd’hui, ce sont donc des lunettes de toutes sortes qui ont remplacé les jeux de farces et attrapes d’antan : « Nous proposons des montures de qualité, originales et à des prix raisonnables. Je pratique aussi les examens de vue, le montage des lunettes. Conseil, service et qualité sont les maîtres-mots de notre enseigne ».  

Les habitants du quartier l’ont bien compris car rapidement, les clients ont afflué. « Le bouche à oreille a bien fonctionné, se réjouit l’opticien. Et comme je suis de St Augustin, je reconnais beaucoup de clients. Mes parents étaient médecins et certains sont de leurs anciens patients. Je retrouve aussi de vieilles connaissances de l’école primaire ».

Heureux de travailler au cœur de St Augustin, Louis a évidemment souhaité devenir partenaire de la Maison de Quartier qu’il fréquentait petit. « Avant même d’avoir trouvé un local, je comptais déjà être partenaire des JSA » annonce-t-il. Outre le fait que cette alliance lui apporte de la visibilité, il est heureux d’être ainsi acteur d’un quartier qu’il aime tant. 

Lire la suite
Les goûters du CAL au top
Les goûters du CAL au top

Grâce à un partenariat fructueux avec « le dépanneur du coin », les enfants des JSA profitent tous les mercredis d’un goûter de qualité. Mehdi Roux-Salembien, coordinateur des actions développement durable des JSA, se réjouit de cette action !

Pourquoi avoir changé les goûters du Centre de Loisirs ?
Tout est parti de l’envie de revoir nos modèles de goûters. Nous sommes dans une période aux JSA, où nous souhaitons travailler sur la question alimentaire. En réduisant le gaspillage et en privilégiant la qualité. Nous sommes aussi portés par la volonté de réduire nos déchets. C’est autour de tous ces axes que s’est dessinée l’envie de proposer de nouveaux goûters plus responsables. 

C’est donc avec notre partenaire « le dépanneur du coin » que cette idée s’est concrétisée ?
En effet, l’ouverture de cette épicerie de vrac a été une vraie opportunité. Nous sommes allés les voir et les deux responsables ont tout de suite été enthousiastes ! Elles nous ont proposé tout ce qu’elles avaient en stock.

A quoi ressemblent les goûters du mercredi désormais ?
Il y a des rotations entre les différents gâteaux proposés par « le dépanneur du coin ».  On a eu des cookies, de biscuits croque-noisettes, d’autres fourrés à la framboise, des biscuits tigre, d’autres à l’épeautre et au miel. Aussi, Christelle et Anaïs nous fournissent maintenant en sirop. Ils sont conservés dans des cubis, ce qui est très pratique pour nous. Les animateurs servent ceux-ci dans les gourdes des enfants. Il faut savoir que « le dépanneur du coin » fournira également les goûters durant les vacances et les séjours.

Quel premier bilan après quelques mercredis avec ce goûter ?
Les enfants sont vraiment contents et nous aussi ! On a considérablement diminué notre production de déchets. Le goûter a énormément gagné en qualité. On propose des produits locaux, on fait fonctionner le commerce du quartier... Que des points positifs ! 

Lire la suite
Un mercredi de Noël
Un mercredi de Noël

Pour célébrer le dernier mercredi de l’année et prendre un peu d’avance sur Noël, les JSA ont prévu d’en mettre plein la vue aux enfants le 15 décembre ! La fête s’étalera jusqu’à la place de l’église St Augustin pour se terminer à 18h30. C’est une journée mémorable qui s’annonce pour tous !

C’est dans une ambiance « sports d’hiver » que les JSA fêteront leur Noël le 15 décembre ! Pour cela, la salle des Peupliers prendra des airs de station de ski. Une piste de luge de 14 mètres sera installée ainsi que d’autres structures gonflables. Puis, dans la cour, des stands seront disposés pour accueillir les enfants. Les animateurs ont prévu d’y proposer différents ateliers. Ainsi, les enfants pourront réaliser des décorations de Noël à partir d’objets de récupération, se faire maquiller, participer à des ateliers sportifs ou encore à un karaoké. Et comme tous les ans, le Père Noël sera présent pour écouter les requêtes des enfants et se faire photographier avec eux !

A partir de 15h30, une partie de l’équipe d’animation des JSA se délocalisera sur la place de l’église pour animer celle-ci. On verra alors Fabienne et ses gymnastes présenter une chorégraphie. La chorale des JSA interprétera quelques chansons. Aussi, des animateurs animeront plusieurs ateliers. Les actions développement durable des JSA seront présentées dans un stand et un défi énergétique sera proposé aux volontaires. Des dessins d’enfants vont être projetés sur l’église, des mots doux seront récoltés sur la place… Entre les JSA et la place de l’église, le cœur du quartier sera plongé dans l’ambiance de Noël !

Une fois les ateliers terminés, la soirée se poursuivra au foyer des JSA pour le concert de fin d’année de l’école de musique

Les enfants du CAL des JSA termineront leur année 2021 le cœur rempli des émotions de cette belle journée ! 

Lire la suite
Jean-Louis David mis à l’honneur par les JSA
Jean-Louis David mis à l’honneur par les JSA

Ils ont tous répondu à l’appel vendredi 25 septembre : les principaux acteurs des JSA et de la section Volley étaient présents à la Maison de Quartier pour rendre hommage à l’homme qui les a tant marqués.


Qui aurait cru, il y a quelques mois, que les JSA organiseraient une telle soirée alors que les discours de Jean-Louis David résonnent encore entre les murs ? Cette fois-ci, ce sont ses amis et complices qui ont pris le micro…pour parler de lui. Il n’y avait rien de larmoyant ce vendredi soir. Les sourires, les rires aussi et les embrassades ont marqué cette soirée d’une douce émotion nostalgique. Bien sûr, quelques larmes ont coulé notamment en écoutant les mots de ses enfants, de ses amis, des enseignants avec qui il collaborait, de ses anciens collègues, de ses complices du Volley. A travers ces discours qui ont rythmé la soirée, c’est le portrait d’un homme particulièrement aimé et admiré qui s’est dessiné.


Plusieurs anecdotes auront fait sourire les uns et les autres. Chaque discours aura loué la détermination, la passion et l’empathie de Jean-Louis David. Et quand venait l’heure de se retrouver dans la cour autour d’un verre, l’ambiance était aux retrouvailles. « Encore une fois, Papa nous aura réunis » concluait Emmanuelle David à la fin de son discours. En effet, Jean-Louis David restera un rassembleur. Il aura su cimenter le quartier St Augustin et les JSA d’un esprit fraternel.
Retrouver l’édition spéciale du « Jaune et Noir » éditée en hommage à Jean-Louis David.


Retrouvez notre édition Jaune et Noir spécial Hommage à Jean-Louis David
Télécharger le fichier (Jaune-et-Noir-JLD.pdf)

Lire la suite
Des initiatives qui portent déjà leurs fruits
Des initiatives qui portent déjà leurs fruits

Mehdi Roux-Salembien, responsable développement durable des JSA, fait un bilan déjà très positif des initiatives lancées à la rentrée. Les JSA poursuivent leur route vers une démarche vertueuse en faveur de notre environnement.

Cela fait déjà trois semaines que Mehdi débarque le mercredi, à l’heure du déjeuner, ses balances sous le bras. Les restes alimentaires des repas des enfants sont pesés. Les résultats sont souvent assez importants mais ils le seront de moins en moins grâce à la visibilité qu’offrent ces mesures. « Nous comptons environ 50 repas en trop par mercredi. Avec ces mesures hebdomadaires, nous allons pouvoir calibrer nos doses sur du réel afin de réduire l’excédent alimentaire avant sa production ». Parmi ces restes, beaucoup sont récupérés par le chef Olivier des ateliers cuisine de la Maison des 5 Sens. « Il réalise de la chapelure avec les restes de pain, précise Mehdi. Aussi, avec ses mini-toques, il prépare des goûters avec les fruits et les yaourts non consommés à la cantine ».

Moins de repas vont être commandés afin de s’ajuster aux besoins des enfants. Cela va permettre de réaliser aussi quelques économies qui seront employées à offrir de meilleurs goûters aux enfants : « Nous nous sommes mis d’accord avec les commerçantes du « Dépanneur du coin » pour qu’elles fournissent des goûters aux enfants le mercredi. Avec cette collaboration, on a tout à y gagner, se réjouit Mehdi. Les enfants auront des goûters de très bonne qualité, sans emballages et provenant d’un circuit court ».

Lire la suite
Séjours, activités, stages…les infos à retenir avant les vacances !
Séjours, activités, stages…les infos à retenir avant les vacances !

Au programme des vacances pour les enfants… 


Les enfants et ados ne s’ennuieront pas pour les prochaines vacances ! Au programme, deux séjours à Bidart : la 1ère semaine pour les élémentaires et la 2ème pour les ados. Les plus petits pourront profiter des belles vagues de la côte basque pour s’initier au surf entre deux cueillettes de champignons et fabrication de cabanes. Quant aux ados, on mise tout sur la glisse (surf, trottinette, et skate) et la découverte du patrimoine (rallye à St Jean-de-Luz, chasse au trésor à Biarritz…). Il reste des places pour ces deux séjours qui garantiront dépaysement et bonne humeur à tous ! Le succès des séjours estivaux à Bidart en est la preuve …


Pour les gymnastes qui resteront à Bordeaux, un stage est proposé par Fabienne du 2 au 4 octobre.


Quant au CAL, retenez bien que les places que vous réservez ne le sont vraiment que si le paiement a été effectué dans la foulée ! C’est comme un achat sur Internet : au bout de quelques minutes, votre panier expire. Alors pensez à régler tout de suite sur Internet ou venez à l’accueil des JSA avec votre moyen de paiement.

Les activités où vous pouvez encore vous inscrire
A force d’hésiter à vous inscrire à une activité, vous démarrez ce mois d’octobre désœuvré. Heureusement, il n’est pas trop tard car certaines activités sont encore prêtes à recevoir du monde ! C’est le cas de la sophrologie. Cette activité permet d’apprendre à écouter son corps et à contrôler ses somatisations. Ainsi, on prévient le stress, l’insomnie, on maîtrise ses peurs, on réduit les tensions corporelles.
Si vous avez plus besoin de bouger et vous dépenser, sachez qu’il reste des places au pôle fitness. Là, vous trouverez les activités qui vous permettront de relâcher les tensions, de muscler et tonifier votre corps.

Lire la suite
Le karaté au taquet
Le karaté au taquet

Covid oblige, cela faisait trop longtemps que les karatékas n’avaient pas foulé le sol du dojo des JSA. Cette saison 2021/2022 s’annonce à nouveau active pour cette section qui revient sur le tapis pleine d’enthousiasme et de renouveau.

Bruno Julliard est désormais le nouveau président d’un bureau renouvelé : « Le trésorier et le secrétaire sont également nouveaux », précise-t-il. C’est plein d’envies et de projets que le nouveau CA entame cette nouvelle saison. « Nous souhaitons mettre en place des stages pour haut gradé. Nous accueillons aussi un nouveau professeur qui va impulser un nouvel élan ».

Jérôme Dupuch est ceinture noire 5ème dan à la fois à la Fédération Française de Karaté et à la japan karaté association. « Il a un très bon niveau, c’est un véritable expert qui va passer son 6ème dan. Il se déplace régulièrement pour suivre des stages et progresser notamment avec les grands sensei japonais. Grâce à lui, poursuit Bruno Juillard, nous allons attirer les ceintures noires ».

La ceinture noire n’est cependant pas l’objectif de tous les karatékas. Pour les enfants, cette discipline tient de belles promesses : « Le karaté permet aux enfants de se défouler, de canaliser leur énergie et de se concentrer. On apprend aussi à mieux contrôler son corps. En termes de psychomotricité, c’est très bon car le karaté aide à la latéralisation du corps, explique le président de la section. Pour les adultes, cela permet de travailler sur son énergie et de développer sa souplesse. Les seniors y trouvent aussi leur compte avec un sport sans violence qui fait travailler les muscles. La pratique, avec eux, est plus apaisée ».

Ceinture noire ou débutant, Jérôme Dupuch et ses collègues entraîneurs sauront transmettre leur passion du karaté !

Lire la suite
Les ados des mini-toques
Les ados des mini-toques

Tous les mercredis en fin de journée, c’est l’heure d’enfiler le tablier pour les ados cuisiniers. Autour d’Olivier, ils apprennent les gestes de bases et quelques recettes à reproduire chez eux.

Aujourd’hui au menu, les ados préparent des naans, des petits pains d’origine indienne agrémentés de « vache qui rit ». Olivier leur apprend à pétrir puis rouler la pâte de manière à former des naans parfaits. Parmi les cuisiniers en herbe, il y a Maxime, un fidèle de l’atelier. « Ce que je préfère, c’est la pâtisserie, ma spécialité, d’ailleurs, ce sont les fraisiers ! Grâce à l’atelier des mini-toques, je peux donner des idées à ma mère pour la préparation des repas. Aussi, quand je serai étudiant, sachant cuisiner, je ne mangerai pas que des pâtes » prévoit le jeune garçon !

Olivier apprécie le fait de travailler avec ces jeunes cuistots : « Il y a un bon esprit de groupe, une vraie complicité notamment avec ceux qui viennent depuis quelques années. Je les vois grandir ». « Bientôt, tu nous verras avec des cheveux blancs » ajoute Maxime en rigolant !

La diversité autour du plan de travail

« Je reçois tout type d’élèves » précise le chef qui accueille notamment Louis dans son groupe, porteur d’un handicap. « Je m’adapte au rythme de chacun. Cette diversité permet à tous de s’accepter les uns les autres ». Louis est bien heureux de participer aux ateliers d’Olivier car son rêve, dit-il, c’est devenir cuisinier !
La cuisine est aussi un moyen de canaliser l’énergie débordante de certains. La rigueur et la précision qu’exige cette activité reste un bon moyen d’apprendre la patience et l’attention.

Dans le courant de l’année, Olivier compte inviter tous les parents de ces jeunes cuistots pour leur faire goûter les réalisations de leurs enfants. «  Avant la pandémie, on faisait ce genre de banquet trois fois par an. On a été forcé d’arrêter mais je compte relancer cette initiative cette année ». Affaire à suivre !...

Lire la suite
Un nouveau partenaire zéro déchet : « le dépanneur du coin »
Un nouveau partenaire zéro déchet : « le dépanneur du coin »

Parmi tous les commerces qui font vivre le quartier, une épicerie de produits bio et en vrac manquait à l’appel. Le vide est comblé depuis début juillet grâce à l’énergie et l’enthousiasme d’Anaïs et Christelle, deux habitantes, et désormais commerçantes du quartier. Rencontre avec les « dépanneuses du coin ».

« J’ai vécu à Montréal. Et là-bas, il y a de petites épiceries à chaque coin de rue. On les appelle les dépanneurs, raconte Anaïs. D’où le nom donné à notre commerce ». Tous les français ne connaissant pas l’expression, il y a eu quelques impairs comme cet homme qui les a appelées l’autre jour car il cherchait un garagiste !

Toutes deux sont issues d’univers bien éloignés de la vente. Anaïs était infirmière il y a encore quelques mois. Quant à Christelle, elle naviguait dans l’univers des mutuelles. « On voulait trouver un métier qui ait du sens, rester dans le quartier, raconte-t-elle. Nous sommes toutes les deux contre la malbouffe et le suremballage. Ce projet nous a réunies ».

Depuis plusieurs mois, les deux acolytes avaient la même idée en tête sans le savoir, et sans se connaître ! Chacune de leur côté, elles avaient entrepris les premières démarches : Anaïs avait trouvé le local, réalisé les devis et l’étude de marché. Christelle, quant à elle, avait suivi une formation pour se lancer dans l’entreprenariat. Elles ont lié leurs compétences pour faire naître « le dépanneur du coin ». « On en connaît qui ont monté ce type de commerce seul. Heureusement, nous sommes deux avec le même profil familial. Ainsi, on peut se relayer pour prendre une journée de repos. Il faut savoir que tout cela demande un travail de dingue » ! Deux mois après l’ouverture, les deux commerçantes zéro déchet sont satisfaites de ces débuts très prometteurs : « Les clients reviennent et beaucoup disent combien ça manquait un tel commerce dans le quartier ».

Aussi, les deux habitantes de St Augustin sont particulièrement ravies de s’investir dans ce quartier qu’elles connaissent si bien : elles y vivent depuis plusieurs années et leurs enfants y fréquentent les établissements scolaires et les JSA. « On voulait vraiment être dans le quartier ! Ça facilite notre installation car nous connaissons déjà beaucoup de clients ». Quant à leur partenariat avec la Maison de Quartier, il suscite chez elles de nombreuses envies : « Nous aimerions intervenir pour sensibiliser les enfants et les adultes au zéro déchet. On pourrait aussi envisager des ateliers de fabrication de produits ménagers (NDLR : la spécialité de Christelle)». L’attachement des JSA et de ce nouveau partenaire pour le développement durable garantit un partenariat fructueux !

Lire la suite
Une nouvelle au studio de danse
Une nouvelle au studio de danse

La famille JSA accueille un nouveau membre : Aurélie Sebti, professeure de danse jazz. Elle fera ses premiers pas au studio de la Maison de Quartier le mercredi 15 septembre. En attendant la rencontre avec ses nouveaux élèves, Aurélie nous raconte son histoire avec la danse.

« J’ai toujours dansé ! Pourquoi ? Je ne sais pas mais ça a toujours été vital pour moi » reconnaît Aurélie. En effet, son univers familial ne la prédestinait pas à cette activité : ses parents tenaient un bar-restaurant. Ce fut d’ailleurs sa première scène : « Je dansais pour les clients quand j’étais petite ! Mes parents n’ont jamais pu faire en sorte que je suive des cours…faute de temps sûrement. Mais ça ne m’a pas empêchée de danser et de me nourrir de cet univers. Je regardais des clips, des films, je lisais des livres sur la danse…Je suis devenue autodidacte, développant ma propre manière de danser ».

Après ses études de littérature, Aurélie a pu enfin suivre des cours. Elle partait alors de zéro. Certes, la passion, la volonté, l’état d’esprit et la force morale d’un danseur étaient là, mais pas la technique : « En fait, j’avais commencé à danser avant d’apprendre ! J’ai démarré avec une professeure de danse jazz. Au bout de deux ans, j’avais le niveau pour auditionner à une école pluridisciplinaire. C’était à Toulouse, j’ai obtenu l’EAT (épreuve d’aptitude technique) et par la suite, j’ai pu passer mon diplôme d’état au CEFEDEM de Bordeaux».

Désormais professionnelle, Aurélie a pu partager sa passion par l’enseignement : « J’ai travaillé au conservatoire de Paris, de Colombes, à l’académie de danse Vanessa Feuillatte de Bordeaux, à l’école ADAGE… ». Et la liste ne s’arrête pas là. Outre l’enseignement, Aurélie a foulé des scènes diverses en tant qu’artiste, que ce soit pour des comédies musicales, pour un orchestre itinérant, au cinéma… « Je fais aussi partie d’une compagnie de danse parisienne depuis douze ans. Et je participe régulièrement à des happenings, des projets vidéo ». C’est donc avec une solide expérience professionnelle et une passion sans faille qu’Aurélie arrive au studio des JSA.

Les JSA, une nouvelle page…

Et c’est avec beaucoup d’enthousiasme et de curiosité qu’elle envisage sa première rentrée à la Maison de Quartier : « Etre entourée de professeurs d’autres disciplines artistiques me plaît énormément ! On va pouvoir échanger nos idées et collaborer avec l’école de musique, le théâtre ou encore les arts plastiques. Et j’ai hâte de faire connaissance avec mes nouveaux élèves ». Ces derniers vont avoir affaire à une professeure bienveillante, à l’écoute, passionnée et exigeante aussi : « Ce qui compte le plus pour moi, c’est la créativité. J’essaie de la développer le plus possible afin que les élèves passent un moment de danse qui ait du sens. Cela dit, précise-t-elle, la technique jazz est exigeante physiquement et musicalement. Alors je suis moi-même exigeante ! Mes cours sont assez cadrés mais on ne fait jamais la même chose. Je module de façon subtile ! Il y a quelques rituels comme l’échauffement évidemment mais aussi les pliés, dégagés, isolations, dissociations, travail de la colonne vertébrale, battements, pirouettes, traversées, improvisations et variations. Je fais en sorte de créer du désir, du changement et des surprises, poursuit la professeure. Aussi, pour développer leur créativité, je propose des moments d’improvisation durant lesquels les élèves doivent, par exemple, intégrer les mouvements appris ou bien travailler des notions comme la musicalité, la prise d’espace, les qualités de mouvements spécifiques à la technique jazz, précise-t-elle. L’objectif est que les élèves aient suffisamment de connaissances techniques pour pouvoir aller plus loin, notamment dans l’interprétation ».

Les influences d’Aurélie sont très variées. Impossible de la limiter à un genre ! « Mon style de danse est plutôt fluide et musical, plutôt tourné vers le jazz que le moderne avec des déliés, des accents, beaucoup d’ondulations… mais j’explore tellement de choses en danse ! Le sens du swing et du groove est important. Après, côté musique, je danse sur tout : le swing et le jazz évidemment, mais aussi le trip-hop, l'électro, la musique indé et pourquoi pas le reggae ou la bossa nova. On peut aussi créer des chorégraphies sur des chansons à texte ou des musiques de films. Tant que ça groove et que ça laisse place à l’imagination et l’interprétation » !


Quelques vidéos de ce que peut proposer Aurélie comme exercices :
https://www.youtube.com/watch?v=0YctBHUGIjs
https://www.youtube.com/watch?v=_jjP7Fb8m2k
https://www.facebook.com/watch/?ref=saved&v=1163721363785785

Quelques vidéos appréciées par Aurélie pour découvrir ses influences :
https://www.youtube.com/watch?v=H1R0NwUeez8
https://www.numeridanse.tv/videotheque-danse/political-mother?s
https://www.numeridanse.tv/videotheque-danse/concerto
https://www.youtube.com/watch?v=Q4jy2wrjESQ
https://www.youtube.com/watch?v=8lphegJQ1zs


Lire la suite


Actualités



Evènements

  • Organisation des Mercredis

    Retrouvez ici les informations concernant les lieux et horaires d'accueil des enfants pour la journée du mercedi ! Maternelles : Télécharger ...

  • Programmes Vacances de Noël 2021

    Accueils proposés pendant ces vacances: Centre de Loisirs des Maternelles Centre de Loisirs des Elémentaires Centre de Loisirs des ...

  • Séjours élémentaires et ados Ski

    Retrouvez toutes les informations du séjour Ski à Boi Taull :- Du 13 au 18 février 2022Pour les élémentaires nés entre ...


Tous les évènements